Sci-tech
URL courte
102333
S'abonner

Une base de données personnelles sensibles, fichant plus d'un milliard de personnes via leurs profils sur les réseaux sociaux et leurs contacts, a été découverte sur un serveur non sécurisé de Google Cloud. Son propriétaire reste inconnu, rapporte Wired qui partage un moyen de savoir si vous vous trouvez malgré vous dans cette base.

Quatre téraoctets contenant des informations personnelles, bien que non confidentielles, ont été découverts par l’informaticien Vinni Troia, rapporte Wired. Au total, la découverte concerne environ 1,2 milliard de personnes.

Cette base, trouvée dans un serveur Google Cloud non sécurisé, ne comprend pas de données confidentielles (identifiants, mots de passe, numéros de cartes bancaires ou de sécurité sociale) mais abrite des liens vers des comptes Facebook, Linkedin ou Twitter, ainsi que les numéros de téléphone associés. Ces données peuvent être utilisées à des fins de phishing (envoi de mails pouvant mener à des escroqueries).

À l’heure actuelle, le propriétaire de ce serveur et l’origine des données sont inconnus. Signalée au FBI, la base a disparu en quelques heures.

Le format des données laisse supposer qu’elles proviennent de deux entreprises américaines, People Data Labs et OxyData, lesquelles mettent à disposition leurs bases de données à des clients qui peuvent ensuite les compléter.

Elles nient avoir été victimes d’un piratage ou d’une fuite.

Il est possible de vérifier si votre profil ou adresse figure dans cet immense fichier à l’aide du service HaveIBeenPwned, lequel contient plus de 662 millions d'adresses électroniques.

Lire aussi:

La France passe la barre des 10.000 décès et enregistre 518 nouveaux cas graves de Covid-19
Covid-19: en Afrique, inquiétudes et amalgames sur les intentions de la France
«C'est n'importe quoi!»: l’exécutif dément les dates du déconfinement annoncées en direct par Hanouna
Tags:
base de données, Google, Internet
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook