Sci-tech
URL courte
292
S'abonner

Des chercheurs d’une université australienne ont développé un matériau de combinaison de plongée qui devrait empêcher la perte de sang chez les victimes de morsures de requins.

La récente hausse du nombre de morsures de requins pousse les ingénieurs à chercher des moyens pour mieux protéger les nageurs. Ainsi, les chercheurs de l’université Flinders, en Australie, viennent de tester un nouveau matériau de combinaison de plongée conçu pour réduire les hémorragies chez les victimes d’attaques de requins, révèle une étude publiée sur PLOS One.

L’étude détaille les tests effectués sur deux types de tissus de protection incorporant des fibres de polyéthylène de poids moléculaire ultra élevé (UHMWPE) sur du néoprène largement utilisé en combinaison de plongée, et compare leur résistance à la morsure au néoprène standard sans couche de protection.

Au total, neuf variantes du tissu ont été soumises à des tests de perforation et de lacération en laboratoire, ainsi qu’à des essais sur le terrain impliquant de véritables requins blancs. Il s’est avéré que les fibres en UHMWPE augmentaient la résistance du néoprène aux morsures de ces derniers et pouvaient réduire les pertes de sang chez les plongeurs.

Pourtant, des études ultérieures sont toujours nécessaires pour établir si cette réduction des dommages s’étend bien aux tissus humains en cas de morsure d’un requin, soulignent les chercheurs.

Lire aussi:

La France s’attend à un conflit majeur dans un futur proche, 10.000 soldats vont être engagés dans des exercices
«Il faut que l'Europe parle à haut niveau avec la Russie», réitère Paris
Mis en examen dans l’affaire Benalla, un commissaire obtient une promotion pour «ses qualités professionnelles»
L’incident avec la marine russe près de la Crimée filmé depuis le destroyer britannique – vidéo
Tags:
morsure, Université Flinders, chercheurs, Australie, requins
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook