Sci-tech
URL courte
14165
S'abonner

Des chercheurs ont découvert dans le crâne d’une victime de l’éruption du Vésuve une matière vitreuse qui les a amenés à conclure que l’intense chaleur de la lave avait transformé une partie du cerveau en verre, annonce le parc archéologique d’Herculanum.

Un article dans la revue scientifique New England Journal of Medicine est consacré à cette découverte faite par des chercheurs italiens sous la direction de Pier Paolo Petrone à l’université de Naples Frédéric II.

​Le 24 octobre de l’an 79, le volcan Vésuve entre dans une éruption spectaculaire et destructrice, recouvrant de gravats, cendres et flammes les villes et colonies alentours, dont Pompéi et Herculanum.

Dans les années 1960, les archéologues ont découvert les restes d’un humain dans les ruines d’Herculanum, allongé sur un lit en bois et étouffé par des cendres volcaniques. En étudiant le contenu du crâne de cette personne, les scientifiques ont découvert un éclat noir brillant en verre. Récemment, des chercheurs ont analysé les restes de cette personne brûlée dans la ville d’Herculanum et ont découvert qu’une partie de son cerveau avait été transformée en verre sous l’intense chaleur de la lave.

Ils soutiennent que le matériau est du tissu cérébral qui a été brûlé à une température extrêmement élevée et a subi un processus appelé vitrification.

«En règle générale, les tissus cérébraux sont extrêmement rares à trouver lors de travaux archéologiques, car ils se décomposent rapidement. Mais c’est absolument la première fois qu’est découvert un fragment du cerveau humain transformé en verre par la chaleur dégagée lors d’une éruption», est-il indiqué dans l’article.

Lire aussi:

Un garçon de 12 ans laisse son chiot sur le seuil d'un refuge avec une note déchirante - photos
Coronavirus: deux nouveaux cas recensés en France
Ce célèbre Français a perdu près de 5 milliards de dollars en 24h à cause du coronavirus
Tags:
verre, cerveau, découverte, archéologues, Italie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook