Sci-tech
URL courte
12324
S'abonner

Sjoerd Groeskamp, un océanographe néerlandais, a présenté un projet de construction de deux barrages géants, le premier entre l’Écosse et la Norvège et le second entre la France et l’Angleterre. L’objectif est de fermer la mer du Nord et ainsi protéger plusieurs millions d’Européens de la montée du niveau des eaux.

Construire deux immenses barrages pour fermer la mer du Nord? C’est ce que propose un océanographe de l’Institut royal d’océanographie des Pays-Bas. Le Néerlandais Sjoerd Groeskamp a estimé qu’un barrage entre le nord de l’Écosse et la Norvège (475 kilomètres) et un autre entre la France et le sud-ouest de l’Angleterre (160 kilomètres) pourraient protéger jusqu’à 25 millions de personnes de la montée du niveau des océans.

Ce projet, bien qu’il soit finançable et techniquement viable, est davantage «un avertissement sur l’immensité du problème qui pend au-dessus de nos têtes», a-t-il déclaré dans une publication de l’Institut néerlandais. Les coûts représenteraient 250 à 500 milliards d’euros, soit «à peine» 0,1% du produit national brut des pays concernés par ces barrages, a-t-il calculé.

La profondeur maximale est d’une centaine de mètres entre la France et l’Angleterre, et d’environ 321 mètres entre l’Écosse et la Norvège. Or, «nous sommes capables de construire des plateformes fixes à des profondeurs de 500 mètres, donc de tels barrages sont faisables», a indiqué le chercheur.

Sjord Groeskamp publiera une étude complète de ce projet en février dans la revue American Journal of Meteorology, qu’il a coécrit avec Joakim Kjellsson, son collègue du Centre de recherche océanographique de Kiel, en Allemagne. «Si nous ne faisons rien maintenant, ces barrages "extrêmes" pourraient être la seule solution», a-t-il averti.

Lire aussi:

Les aliments les plus dangereux pour le foie énumérés
Un infectiologue marocain étrille l’étude de The Lancet critiquant la chloroquine
Quand un chat «échange des mots» avec une souris – photo
Une soirée avec de l'eau de Cologne comme apéritif tourne au drame en Tunisie
Tags:
montée des océans, construction, projet, océanographie, mer du Nord, barrages
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook