Sci-tech
URL courte
194
S'abonner

Des médecins britanniques ont établi une corrélation entre un taux élevé de testostérone et le risque de développer un cancer. Cela étant, son niveau influe différemment sur le développement des tumeurs chez les hommes et les femmes.

Une équipe des Universités de Cambridge et d’Exeter a découvert que le taux de testostérone a une influence sur le développement de tumeurs malignes et du diabète, indique l’étude publiée sur MedicalXpress.

Selon ses auteurs, qui ont procédé à l’analyse génétique de plus de 425.000 échantillons de sang d’hommes et de femmes, le taux élevé de cette hormone sexuelle n’est pas une conséquence de la maladie mais l’une de ses causes. Concrètement, cela favorise le développement des cancers du sein et de la prostate.

Risques

Il s'est avéré qu’un taux accru de testostérone chez les femmes augmente le risque de développer un diabète de type 2 de 37%. Chez les hommes, cette probabilité est réduite de 14%.

Un autre danger du taux élevé de testostérone chez les femmes est un risque accru de polykystose ovarienne et d'endométriose, révèle l’étude.

Conclusions et projets

«Des méthodes pour réduire le taux de testostérone sont aujourd'hui largement utilisées dans le but de traiter le cancer de la prostate, mais il n'y avait aucune certitude qu'elles puissent être utilisées pour prévenir» la maladie, a constaté l'un des auteurs de l'étude, John Perry. «Maintenant, on comprend plus clairement les risques et les avantages de l'hormonothérapie en la matière.»

Les scientifiques ont précisé qu'ils n’avaient pas encore pu établir de lien entre le taux de testostérone et d'autres affections, par exemple les maladies cardiovasculaires, mais qu’ils prévoyaient de mener une telle étude.

Lire aussi:

«Conte dit à une Europe morte d'aller se faire foutre», divorce à l'italienne entre Rome et l'UE?
Édouard Philippe prolonge le confinement pour deux semaines
Covid 19: un cardiologue camerounais met en garde contre le traitement du professeur Raoult
Tags:
étude, médecine, testostérone, hormones, cancer
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook