Sci-tech
URL courte
190
S'abonner

Dans une carrière allemande à Vellberg, des scientifiques du Musée de la nature de Stuttgart et de l’Université de Harvard aux États-Unis ont découvert le crâne d’une nouvelle espèce de dinosaure minuscule qui était inconnue jusqu’à présent. Le fossile vieux de 240 millions d'années offre un aperçu de l'évolution des lézards modernes.

Une équipe de chercheurs du Musée de la nature de Stuttgart et de l’Université de Harvard aux États-Unis ont découvert un crâne de dinosaure miniature dans l’une des carrières de la ville allemande de Vellberg.

Dans cette nouvelle étude, publiée jeudi 20 février dans la revue Scientific Reports, les chercheurs ont indiqué que le fossile appartenait à un nouveau dinosaure inconnu de la science. Selon eux, cet animal qui vivait il y a près de 240 millions d’années mesurait environ 10 centimètre de long.

Cette nouvelle espèce de dinosaure a été baptisée Vellbergia bartholomaei d'après le nom de la ville où il a été découvert et le collectionneur de fossiles Alfred Bartholomä.

Une découverte importante pour la science

«C'est une sensation scientifique», a souligné auprès de la chaîne d’information Deutsche Welle le paléontologue Rainer Schoch.

En outre, les chercheurs ont révélé que le crâne miniature ressemblait beaucoup à celui des lézards et des serpents de notre époque. Cette similitude peut permettre de trouver des réponses aux questions liées à l'origine de certains reptiles modernes.

«Ce petit animal est important, car nous en savons si peu sur les ancêtres des lézards et des serpents, a expliqué M.Schoch. Nous avons découvert une nouvelle espèce».

D’après les scientifiques, l’animal préhistorique existait déjà sur Terre environ 20 millions d'années avant l'évolution des grands dinosaures. Le crâne retrouvé a été examiné sous un tomographe pour déterminer comment le dinosaure se nourrissait et quelle était la taille de son cerveau.

Lire aussi:

La nouvelle carte du couvre-feu en France publiée par les autorités
Tariq Ramadan mis en examen pour viols sur une cinquième femme
«Il y a un risque de guerre civile» en France, prévient l'ancien chef d'État-Major des armées Pierre de Villiers
Tags:
étude, Stuttgart, dinosaures, fossiles, États-Unis, Allemagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook