Sci-tech
URL courte
13165
S'abonner

Découverte en août 2019 par un astronome russe, la comète interstellaire 2I/Borissov n’émet aucun signal radio, laissant certains penser qu’il s’agit d’un objet d’origine artificielle qui appartient à une civilisation extraterrestre.

À la grande déception de ceux qui croient en l’existence de la vie sur d’autres planètes, des astronomes de l'Institut de recherche d'une intelligence extraterrestre (SETI) aux États-Unis n’ont trouvé aucune preuve que la comète interstellaire 2I/Borisov soit une sonde appartenant à une autre civilisation, écrit Science Alert.

«Si le voyage interstellaire est possible — ce que nous ne savons pas, si d'autres civilisations sont là-bas — ce que nous ne savons pas, et si elles sont motivées pour construire une sonde interstellaire, alors une fraction supérieure à zéro des objets qui sont dans l’espace doivent être des dispositifs interstellaires artificiels», explique Steve Croft du SETI.

Découverte le 30 août depuis la Crimée par l’astronome amateur Guennadi Borisov, cette comète est le deuxième objet interstellaire détecté à visiter notre système solaire. Le 8 décembre 2019, il s’est approché du Soleil à une distance de 2,01 unités astronomiques, soit environ 300 millions de kilomètres.

Le premier objet de ce genre était l'astéroïde interstellaire 1I/Oumuamua, repéré 19 octobre 2017 alors qu'il se trouvait à 30 millions de kilomètres de la Terre. L’étude de l’astéroïde n’avait alors révélé aucun signal radio qui pourrait en provenir.

Lire aussi:

«Conte dit à une Europe morte d'aller se faire foutre», divorce à l'italienne entre Rome et l'UE?
Covid 19: un cardiologue camerounais met en garde contre le traitement du professeur Raoult
Édouard Philippe prolonge le confinement pour deux semaines
Tags:
astéroïde, comète, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook