Sci-tech
URL courte
0 450
S'abonner

Une étude réalisée sur les couches de limon dans un lac en Sibérie orientale devrait permettre de percer le mystère de la catastrophe de Toungouska survenue en 1908. Était-ce une météorite? Car le limon contient des microéléments qui pourraient avoir été apportés par un corps céleste.

Des chercheurs russes ont découvert dans un lac sibérien des couches contenant des microéléments, indicateur d’une éventuelle présence de matière spatiale, rapporte une étude publiée dans le Bulletin de l’Académie russe des Sciences.

Cette découverte pourrait avoir trait à l’événement de la Toungouska survenu en Sibérie orientale en 1908 et qui reste un mystère depuis. Cette catastrophe a détruit la forêt sur un rayon de 20 kilomètres et fait des dégâts jusqu'à une centaine de kilomètres à la ronde. L’hypothèse privilégiée par les chercheurs russes est la chute d’une météorite.

Une équipe de scientifiques de plusieurs instituts du pays étudient les lieux du cataclysme afin d’en reconstituer le scénario.

Des traces qui nous parlent

La météorite n’existe pas en tant que corps tangible, mais il existe des traces d’une explosion puissante et de ses conséquences qui font l’objet d’une analyse, explique le biologiste Artur Meidus.

Les chercheurs étudient actuellement les couches du lit du lac Zapovednoïé. Il se trouve hors de la zone touchée. Néanmoins, des traces y avaient été transportées par les eaux en automne et au printemps ainsi que par la rivière Lakoura.

Le lac étant profond, les couches de limon ne se mélangent pas et conservent ainsi l’information datant de l’époque.

Le bon endroit

Selon le chercheur, les couches des années 1908-1910 portent des traces d’incendies et de rejets de particules de matière d’origine terrestre et extraterrestre. Ce sont des couches plus claires et bien visibles. Elles contiennent un taux élevé de potassium, de titane, de rubidium ou de zirconium, éléments liés aux conséquences de l’événement de la Toungouska, expliquent les chercheurs.

Les méthodes modernes comme la spectrométrie de fluorescence X doivent permettre aux scientifiques de trouver dans ces couches des microparticules d’origine extraterrestre.

Les chercheurs croient donc désormais connaître un endroit où ils peuvent chercher des particules de la météorite tombé dans la Toungouska en 1908.

Lire aussi:

Trump: la Russie a envoyé un «très, très grand avion» d'équipements médicaux aux USA
Voici quelques options secrètes des voitures que leurs propriétaires ignorent souvent
Voici la température qui tue le coronavirus
Tags:
science, météorite, Sibérie, Toungouska
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook