Sci-tech
URL courte
0 410
S'abonner

Une étude de l’entreprise Vade Secure révèle que la plupart des victimes de phishing ont été piratées via des chats pornos où l’on peut trouver des liens malveillants.

Le nombre de victimes d'attaques de phishing a augmenté parmi les utilisateurs de WhatsApp: les escrocs les invitent dans des chats contenant des liens malveillants et les utilisent pour voler leurs données personnelles, indique une étude de Vade Secure, entreprise française spécialisée dans la conception et l'édition de solutions logicielles de sécurité.

Les criminels profitent de l’amour des utilisateurs pour le porno et les invitent des groupes porno privés, notamment Berbagi. Ceux-ci contiennent des liens vers des sites qui ressemblent à des pages fiables, comme celle d’un paiement en ligne. Cependant, toutes les données que les utilisateurs y saisissent tombent entre les mains d'arnaqueurs.

Plateformes de phishing

Les experts de Vade Secure ont également établi un classement des entreprises les plus souvent associées aux attaques de phishing. Le service de paiement en ligne PayPal arrive premier, suivi du réseau social Facebook et de Microsoft.

WhatsApp fait un bond impressionnant, passant en un an de la 63e à la cinquième place. Dans le même temps, la croissance du nombre d'attaques de phishing a augmenté de plus de 13.000%.

Quelque 450.000 discussions accessibles

Plus de 450.000 conversations de groupe WhatsApp étaient archivées par Google et donc accessibles en ligne, ont récemment annoncé des spécialistes. Le problème concerne les groupes publics de discussions auquel on accède par un partage de lien.

Lire aussi:

Ayant fait le tour des réseaux sociaux, ces jaunes d’œufs étonnants attirent l'attention de chercheurs- vidéo
Elle refuse de porter un masque, son interpellation dégénère - vidéo
«On peut le dire haut et fort, Didier Raoult se trompe!»: l’hydroxychloroquine à nouveau désapprouvée dans une étude
Tags:
porno, phishing, piratage, WhatsApp
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook