Sci-tech
URL courte
34015
S'abonner

Des chercheurs de l’Université de l’État de New York à Stony Brook ont déterminé l’âge auquel surviennent les changements neurobiologiques associés au vieillissement et ont suggéré un moyen pour ralentir ce processus. Leur étude a été publiée dans la revue PNAS.

Des chercheurs de l’Université de l’État de New York à Stony Brook, sous la conduite de la neurobiologiste Lilianne R. Mujica-Parodi, ont réalisé une expérience avec la participation d’un millier de personnes âgées de 18 à 88 ans. Les résultats ont été publiés dans la revue PNAS

La neuro-imagerie a révélé que les changements neurobiologiques associés au vieillissement pouvaient être observés à un âge beaucoup plus jeune que prévu, vers la fin de la quarantaine. Cependant, l'étude a également suggéré que ce processus pouvait être prévenu ou inversé grâce à des changements alimentaires, notamment en minimisant la consommation de glucides simples.

Il a été démontré qu’avec l’âge le lien fonctionnel entre les neurones se détériorait. Les premiers signes de vieillissement cérébral peuvent ainsi apparaître à 47 ans, la dégénérescence la plus rapide se produisant pour sa part à 60 ans. Selon les chercheurs, cela s’explique majoritairement par une plus grande résistance de l’organisme à l’insuline. 

Un régime alimentaire prévenant la famine des neurones

«Nous pensons qu'à mesure que les gens vieillissent, leur cerveau commence à perdre sa capacité à métaboliser efficacement le glucose, provoquant une famine lente des neurones et une déstabilisation des réseaux cérébraux», a détaillé Mme Mujica-Parodi

Des cétones ont été testées en qualité d’alternative au glucose afin de devenir une source de carburant plus efficace.

Deux régimes alimentaires ont été proposés aux participants. Un régime standard (sans restriction) et un autre pauvre en glucides (viande ou poisson avec de la salade, mais sans sucres, céréales, riz, féculents). Dans le régime standard, le carburant métabolisé était le glucose, tandis que dans le régime pauvre en glucides, le carburant primaire était la cétone.

Les résultats de l’expérience ont démontré que le régime à la cétone augmentait l'activité cérébrale globale et stabilisait les réseaux fonctionnels, même chez les moins de 50 ans.

Lire aussi:

Le ministre marocain de la Santé explique que l’hydroxychloroquine est la cible de l’industrie pharmaceutique - exclusif
Diego Maradona est décédé à l'âge de 60 ans
Il faut mettre les migrants «dans des avions pour les renvoyer chez eux» plutôt que de les disperser, estime Zemmour
«Absurdie», «gardien de prison», «incompétence»: le monde politique réagit aux annonces de Macron
Tags:
régime alimentaire, étude, vieillissement
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook