Sci-tech
URL courte
353
S'abonner

Selon une récente étude, plus d’un milliard de smartphones utilisant le système Android sont vulnérables au piratage. Ils ne reçoivent plus les mises à jour de sécurité normalement proposées par Google. Le géant américain en reporte la responsabilité sur les constructeurs.

Le magazine britannique Which? a publié ce vendredi une étude qui affirme qu’un milliard de smartphones tournant sous Android sont exposés aux virus et logiciels malveillants.

L’étude précise qu’il s’agit d’appareils utilisant d’anciennes versions du système d’exploitation Android. Celles-ci ne reçoivent plus les habituelles mises à jour de sécurité proposées par Google. L’enquête précise qu’ainsi, en 2019, aucun patch de sécurité n’a été créé pour les versions antérieures à Android 7.0 Nougat. Or, plus de 42% des utilisateurs d’Android dans le monde possède une version 6.0 ou antérieure, de l’aveu même du géant  américain.

Google et les constructeurs se renvoient la balle

Contacté par le magazine Which? Spécialisé dans le droit des consommateurs, les porte-parole de Google ont pointé du doigt les constructeurs tiers. Le géant américain affirme que sur les appareils Pixel et Nexus, sortis de ses propres usines, les mises à jour sont correctement envoyées. Google rappelle aussi l’existence de deux dispositifs, Project Treble et Project Mainline, destinés à faciliter l’accès aux mises à jour Android pour les constructeurs tiers.

Google prépare actuellement le lancement d’Android 11, qui devrait avoir lieu durant le troisième trimestre 2020.

Lire aussi:

Valéry Giscard d'Estaing mort des suites du Covid-19
Une syndicaliste policière s’en prend en direct au patron de BFM TV, accusant la chaîne de «mensonge»
Télétravail, une bombe à retardement pour la compétitivité économique des entreprises françaises?
Tags:
piratage, cyberattaque, smartphones, Google, Android
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook