Sci-tech
URL courte
2613920
S'abonner

Des scientifiques de l'université de Southampton ont fait un important pas en avant dans la recherche d’un vaccin contre le coronavirus, lequel se «déguise» pour pénétrer dans les cellules humaines sans être détecté, relate phys.org.

Le virus du SRAS-CoV-2 est doté de nombreuses pointes dépassant de sa surface qu'il utilise pour se fixer sur les cellules du corps humain et y pénétrer. Ces pointes sont enrobées de sucre, appelé glycane, qui masquent leurs protéines virales et les aident à échapper au système immunitaire de l'organisme, selon une étude d’une équipe de recherche de l’université de Southampton dont les résultats ont été publiés sur le site phys.org.

L’étude de la structure du glycane a fourni des informations importantes sur la façon dont les protéines virales franchissent les anticorps, ce qui est une étape importante dans la conception d’un vaccin.

«En se couvrant de sucre, le virus ressemble à un loup dans la peau d’un agneau», a expliqué le professeur Max Crispin.

Une protection insuffisante

Il a cependant précisé que ce sucre ne garantissait pas au Covid-19 la protection dont disposent certains autres virus.

«La faible densité de glycane signifie qu'il y a moins de barrières pour le système immunitaire qui peut neutraliser le virus avec des anticorps, ce qui favorise le développement de vaccins», a résumé le professeur. 

Selon le bilan du 14 avril, la pandémie a fait plus de 120.000 morts tandis que près de deux millions de cas positifs ont été recensés, dont plus de la moitié en Europe. Le nombre réel est cependant bien plus élevé, car la plupart des pays ne relèvent que les cas dans les hôpitaux.

Lire aussi:

Combats sanglants dans l’Himalaya: «l’armée indienne ne fait vraiment pas le poids face à l’armée chinoise»
Ces 11 pays qui n’ont toujours pas de cas déclarés de coronavirus depuis le début de la pandémie
L’Allemagne installera des soldats en France, Paris parle de «révolution»
Tags:
cellules, coronavirus SARS-CoV-2, Université de Southampton
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook