Sci-tech
URL courte
762
S'abonner

Quels facteurs influencent l'altitude des massifs montagneux: l’érosion, le climat ou le mouvement des plaques? C’est bien la tectonique qui est à l’origine de l'élévation des chaînes de montagnes, affirment des chercheurs allemands dans une étude publiée dans Nature le 11 juin.

Le secret de l'altitude de l'Himalaya ou celle de la cordillère des Andes semble être percé par la récente étude sur l’origine de l'élévation des massifs montagneux publiée dans la revue scientifique Nature le 11 juin. Des chercheurs allemands y expliquent que ce n’est pas l'érosion, mais le mouvement des plaques tectoniques qui joue le principal rôle dans ce processus.

Pour le prouver, les spécialistes ont examiné un modèle d'équilibre des forces pour établir l’altitude maintenue par les plaques tectoniques. Ils ont ensuite constaté que «l'élévation des chaînes de montagnes du monde entier correspond à cette altitude, quelles que soient les conditions climatiques et le niveau d'érosion». L’étude suggère ainsi que l'élévation des montagnes n’est pas directement influencée par le climat.

Trois types de processus naturels

D’après l’étude, en général il y a trois types de processus naturels qui maintiennent l’altitude d’une montagne: la force tectonique qui empêche les montagnes de s'effondrer sous leur propre poids, l'érosion contrôlée par le climat et l’isostasie. Ce dernier maintient les montagnes à flot sur la matière chaude et douce du manteau. Pour les chercheurs, c'est bien le premier facteur qui doit être considéré en tant que déterminant dans le processus d'élévation d'une montagne.

Lire aussi:

Erdogan espère que la France «se débarrassera au plus vite du danger Macron»
L’avocat de Trump présente au Sénat de Géorgie une première vidéo de «preuve» de fraude électorale
Macron annonce la création d'une plateforme de signalement des discriminations
L’organisateur de l’orgie gay ayant accueilli l’eurodéputé hongrois livre des détails de la soirée
Tags:
étude, climat, altitude, montagnes
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook