Sci-tech
URL courte
1036
S'abonner

Une nouvelle étude scientifique réalisée par l'Institut supérieur de la santé italien affirme que le coronavirus ne peut pas être transmis à l'Homme par des moustiques.

Lancée en collaboration avec l’Institut zooprophylactique expérimental de Venise (IESV), un organisme de recherche pour la santé animale et la sécurité alimentaire, une étude de l'Institut supérieur de la santé (ISS) italien a révélé que ni le moustique-tigre, ni le moustique commun ne pouvaient transmettre le SARS-CoV-2.

«Les recherches ont prouvé que le virus, transmis au moustique en leur faisant ingérer du sang infecté, n'était pas en mesure de se répliquer», a souligné l'ISS dans un communiqué cité par MedicalXpress.

Par conséquent, toute transmission du Covid-19 par les piqûres de moustiques est à exclure, affirment les scientifiques.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) avait elle aussi précédemment indiqué qu’il n’existait aucune preuve de transmission du virus à l’Homme par les insectes suceurs de sang, qui propagent pourtant la dengue et d'autres maladies lorsqu'ils piquent les humains.

Le danger des moustiques

La question a surgi précédemment à plusieurs reprises, car le moustique-tigre «est capable, en laboratoire, de transmettre 26 virus différents à l’Homme», avait indiqué Anna-Bella Failloux, responsable du laboratoire Arbovirus et insectes vecteurs à l’Institut Pasteur.

Elle avait indiqué que les patients atteints du Covid-19 ne développaient pas «une quantité de virus dans le sang suffisamment importante pour infecter le moustique», mais avait ajouté que «toutes les hypothèses restaient ouvertes à ce stade».

Lire aussi:

Santé publique France dévoile la carte des zones les plus touchées par le Covid-19 - photo
«Il y a un risque de guerre civile» en France, prévient l'ancien chef d'État-Major des armées Pierre de Villiers
Une enseignante estime que Samuel Paty a «provoqué» l’acte terroriste
Tags:
hommes, moustiques, coronavirus SARS-CoV-2, Covid-19
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook