Sci-tech
URL courte
81034
S'abonner

Des spécialistes chinois du laboratoire Tencent Security Xuanwu ont découvert une vulnérabilité permettant de mettre le feu à distance aux smartphones et ordinateurs portables via leur chargeur rapide. Selon leur rapport, plus de la moitié des appareils testés ont présenté cette faille nommée BadPower.

Les hackers ont appris à mettre le feu à distance aux smartphones et aux ordinateurs portables à l’aide d’une faille dans les chargeurs rapides, indiquent les résultats de l’étude publiée le 16 juillet par le laboratoire Tencent Security Xuanwu.

Cette conclusion a été tirée suite à une étude impliquant 35 chargeurs rapides sur les au moins 234 disponibles sur le marché. 18 d’entre eux présentaient cette faille nommée BadPower.

Grâce à cette vulnérabilité, un hacker peut pirater le micrologiciel du chargeur rapide. En contrôlant la charge, il y envoie une puissance excessive, ce qui peut entraîner sa panne et l’inflammation de ses composants.

Une proportion importante d’attaques à distance

Les méthodes comprennent à la fois le contact physique et non physique, avec une proportion importante d'attaques pouvant être accomplies à distance (11 sur les 18 chargeurs défaillants).

Contrairement aux problèmes de sécurité traditionnels, BadPower n'entraîne pas une violation de la confidentialité des données de l'utilisateur, mais cause des dommages matériels et même une menace pour la santé.

Pour se protéger contre BadPower, les spécialistes du laboratoire recommandent de mettre régulièrement à jour les logiciels des appareils et, si possible, de ne pas utiliser les chargeurs d'autres personnes.

 

Lire aussi:

Le nombre de nouveaux cas de Covid-19 replonge sous la barre des 35.000 en 24h en France
Le centre d'enrichissement de Natanz touché par un acte «terroriste antinucléaire», selon Téhéran
Ce propriétaire d’hôtel avait loué une chambre à Xavier Dupont de Ligonnès la première nuit de sa cavale
«Les croisades reprendront»: un centre culturel musulman tagué à Rennes - photos
Tags:
piratage, inflammation, smartphones, Chine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook