Sci-tech
URL courte
13408
S'abonner

Des chercheurs prédisent l’apparition d’un nouvel océan sur notre planète dans cinq ou dix millions d’années suite à l’extension d’un rift tectonique dans la région d’Afar, en Éthiopie.

Un rift apparu dans la partie est de l’Afrique pourrait entraîner l’apparition d’un nouvel océan, selon les conclusions de chercheurs américains et britanniques rapportées par NBC News.

La fissure observée depuis 2005 se trouve dans la région d’Afar, en Éthiopie, classée parmi les zones les plus chaudes et arides du monde. À présent, la longueur du rift est de plus de 56 kilomètres.

Dans les profondeurs de la fissure, des signes de séparation d’une partie du continent africain ont été détectés. Ce processus, qui durera entre cinq et dix millions d’années, se conclura par la formation d’un océan, explique le doctorant de l’université de Leeds Christopher Moore.

Pas qu’un nouvel océan

Pour sa part, Cynthia Ebinger, géophysicienne à l’université de Tulane, pense que la présence importante de magma a causé une pression extrême. En 2005, un volcan se situant à l’extrémité nord du rift est entré en éruption. Cependant, le magma n’est jamais parvenu à la surface. Après avoir refroidi en-dessous du rift, il a élevé le niveau du sol, causant une rupture.

Les spécialistes soulignent qu’il ne s’agit que du début de modifications profondes du continent africain. Selon Ken Macdonald, géophysicien marin àl’université de Californie, le golfe d’Aden et la mer Rouge envahiront la région d’Afar et la vallée du Rift est africain qui deviendront un nouvel océan, donnant ainsi naissance à un petit continent séparé de cette partie de l’Afrique orientale.

Lire aussi:

Le Président Aoun évoque l'hypothèse d'un «missile» ou d'une «bombe» dans la double explosion à Beyrouth
Une pétition demande un placement du Liban sous mandat français pendant dix ans
Perdu en mer, un jeune garçon survit en se rappelant les conseils d’un documentaire
Tags:
Éthiopie, Afrique, océan
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook