Sci-tech
URL courte
3620
S'abonner

Des microbes présents dans un fond marin depuis plus de 100 millions d'années ont réussi à survivre, révèle une nouvelle étude publiée dans Science Magazine. Une fois amenés dans un laboratoire et nourris, ils ont commencé à se reproduire.

Des scientifiques américains sont parvenus à redonner vie à un groupe de microbes récupérés dans un fond marin. Leur âge est estimé à plus de 100 millions d'années, relate Science Magazine.

Ces microbes ont été découverts dans des carottes d'argile et d'autres sédiments à une profondeur d'environ 5.700 mètres dans le gyre subtropical du Pacifique-Sud, à l'est de l'Australie. Les échantillons prélevés contenaient un maximum de 1.000 bactéries par centimètre cube de sédiments, tandis qu'en règle générale il y a au moins 100.000 cellules au centimètre cube de boue extrait des fonds marins. Cela signifie que les microbes n'avaient pas suffisamment d'oxygène et de nourriture pour survivre et se reproduire.

Les micro-organismes ont été placés pendant 557 jours dans des flacons contenant un mélange nutritif composé d'acétate et d'isotopes d'azote et de carbone. En 65 jours, les chercheurs ont constaté une reproduction: le nombre de microbes avait augmenté pour atteindre un million par centimètre cube.

Une capacité de survie en conditions extrêmes

L'analyse génétique des microbes a révélé qu'ils appartenaient à plus de huit groupes bactériens connus, dont beaucoup se trouvent couramment ailleurs dans l'eau salée où ils jouent un rôle important dans la décomposition de la matière organique.

«Cela suggère qu'apprendre à survivre dans des conditions de limitation énergétique extrême est une capacité répandue», a signalé le microbiologiste Kenneth Nealson.

Selon les chercheurs, ces micro-organismes sont âgés de plus de 100 millions d'années. Les bactéries qui avaient été réanimés précédemment en laboratoire étaient âgées d'environ 15 millions d'années.

Les spécialistes ont conclu que si les microbes avaient survécu dans des endroits considérés par les biologistes comme inhabitables, cela veut dire qu'ils pourraient survivre dans les dures conditions d'autres planètes et satellites du Système solaire.

Lire aussi:

La Russie dispose de réserves de gaz pour les 100 prochaines années
Sous-marins: Canberra et Washington réagissent au rappel des ambassadeurs français
Le canon Caesar toujours aussi performant: Prague proche d’en commander 52 unités
Les chômeurs non vaccinés privés d’allocations en Autriche
Tags:
océan Pacifique, Australie, micro-organismes
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook