Sci-tech
URL courte
663
S'abonner

Une équipe de chercheurs japonais travaille sur un vaccin anti-coronavirus basé sur une protéine se trouvant dans les larves des vers à soie, a annoncé à Sputnik le professeur de l’université de Kyushu Takahiro Kusakabe.

Un vaccin contre le Covid-19 fait à partir d’une protéine des vers à soie, en voie d’élaboration au Japon, devrait être très efficace et peu coûteux, a déclaré à Sputnik le professeur à l'université de Kyushu Takahiro Kusakabe qui dirige le projet.

Le coronavirus SRAS-CoV-2 possède une protéine nommée Spike (ou protéine S), qui forme les «pointes» à sa surface permettant au virus de pénétrer dans les cellules humaines.

«Nous créons une protéine S artificielle en utilisant les protéines des vers à soie, qui ressemble beaucoup à la protéine Spike du coronavirus sans contenir de virus, elle est donc inoffensive», a indiqué le professeur.

Pour créer cette protéine recombinante, les chercheurs introduisent un baculovirus, qui infecte les insectes, mais est inoffensif pour les humains, dans le corps d'un ver à soie. Le baculovirus utilisé par les scientifiques contient des informations génétiques du SRAS-CoV-2.

Quelques jours plus tard, une protéine très similaire à la protéine S du coronavirus «se développe» dans le corps du ver à soie, selon Takahiro Kusakabe.

Deux types de vaccins à l’étude

«Nous élaborons actuellement deux types de vaccins: injectables et administrés par voie orale. Les vaccins injectables doivent être purifiés et testés pour être sûrs. Mais je pense qu'il sera aussi sûr que les vaccins actuellement utilisés. Quant au vaccin administré par voie orale, les larves de vers à soie constituent un aliment traditionnel dans les pays d’Asie, il ne devrait donc y avoir aucun problème», a noté le professeur.

Le scientifique estime que sa méthode permettra de produire «un vaccin très efficace en plus grande quantité que les vaccins conventionnels». De plus, le prix du nouveau vaccin ne dépassera pas celui d’un vaccin antigrippal, soit plusieurs milliers de yens (plusieurs dizaines d’euros).

Les scientifiques comptent tester le vaccin sur des animaux d’ici fin mars 2021.

Lire aussi:

Ces armes russes qui font de l’Algérie une puissance militaire régionale
Un homme battu à mort dans une cité de Marseille
Cette photo prise dans une unité Covid-19 devient virale
Tags:
Japon, science, vers, protéines, coronavirus SARS-CoV-2, Covid-19
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook