Sci-tech
URL courte
9641
S'abonner

Une puce connectée a été implantée dans le cerveau d’un cochon cobaye par la start-up d'Elon Musk, Neuralink, a annoncé l'entrepreneur.

Gertrude participe à une expérience de science-fiction: la start-up d'Elon Musk, Neuralink, a implanté une puce connectée dans le cerveau de ce cochon cobaye. Il s’agit d’un prototype en vue de fabriquer la version pour les humains qui redonnera la parole et la mobilité aux personnes paralysées, relate l’AFP.

«C'est comme une Fitbit (montre connectée) dans votre crâne», s'est enthousiasmé Elon Musk vendredi, lors d'une conférence en ligne sur les progrès de son projet d'interface reliant le cerveau aux ordinateurs et qui suscite beaucoup de scepticisme dans la communauté scientifique.

L'entrepreneur a présenté il y a un an une puce dotée de fils ultra-fins pouvant être implantée dans le cerveau par un robot, soit une sorte de machine à coudre ultra-précise.

Le nouveau modèle, sans fil grâce à la technologie bluetooth, se recharge la nuit et mesure 23 mm de diamètre (comme une petite pièce de monnaie) sur huit mm d'épaisseur. En théorie, la puce ronde sera implantée dans le cerveau sans qu'il y ait besoin de passer une nuit à l'hôpital et sans laisser de trace, si ce n'est une petite cicatrice sous les cheveux.

Elle servira d'abord à traiter les maladies neurologiques. Mais l'objectif à long terme est de rendre les implants si sûrs, fiables et simples qu'ils relèveraient de la chirurgie élective (de confort). Des personnes pourraient alors débourser quelques milliers de dollars pour doter leur cerveau d'une puissance informatique.

Séduire et recruter de nombreux ingénieurs, chirurgiens, chimistes

Pour l'instant, dans les laboratoires de Neuralink, le cochon Gertrude marche sur un tapis roulant, le groin dans une mangeoire accrochée devant elle, pendant que la puce retransmet ses signaux neurologiques. A partir de ces informations, l'ordinateur est capable de prédire à tout instant où se trouvent chacun de ses membres. De quoi donner l'espoir de rendre la mobilité aux personnes paraplégiques.

L'objectif du fantasque patron, avec cette présentation sur YouTube, était avant tout de séduire et recruter de nombreux ingénieurs, chirurgiens, chimistes, spécialistes de la robotique et autres. La start-up ne compte qu'une centaine de salariés, mais espère atteindre les 10.000 aussi vite que possible, pour relever une montagne de défis.

La puce informatique doit être protégée contre les perturbations externes (interférences sur les ondes, puissance des signaux) mais aussi internes. Ses communications avec le smartphone et toute autre machine doivent être inviolables. Elon Musk a annoncé que Neuralink venait d'obtenir l'approbation des autorités sanitaires américaines pour des tests, sans préciser d'horizon pour les premières implantations humaines.

«Vous pourrez sauvegarder vos souvenirs»

Selon M.Musk, la puce est censée permettre d'arriver à une «symbiose avec l'IA» (l’intelligence artificielle). Il a aussi évoqué la possibilité de communiquer des pensées brutes, non limitées par les langues humaines, de la «télépathie non linguistique consensuelle et conceptuelle».

Son équipe rêve, entre autres, de mettre fin aux douleurs extrêmes, de guérir les dépressions et addictions ou encore de percer les mystères de la conscience.

Faisant référence à un épisode de la série Black Mirror, qui enchaîne les scénarios cauchemardesques où les humains sont dépassés par les technologies, Elon Musk a aussi affirmé qu'il serait possible de stocker ses souvenirs sous forme numérisée.

«Vous pourrez sauvegarder vos souvenirs, et aussi potentiellement les télécharger dans un autre corps ou dans un robot», a-t-il dit.

Lire aussi:

Ces 11 pays qui n’ont toujours pas de cas déclarés de coronavirus depuis le début de la pandémie
Christian Estrosi cible Olivier Véran et Jean-Michel Blanquer à propos de la pandémie
L’Allemagne installera des soldats en France, Paris parle de «révolution»
Tags:
puce électronique, cerveau, cochon, Elon Musk
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook