Sci-tech
URL courte
133
S'abonner

Les taux actuels de fonte des calottes glaciaires, principale cause de l’élévation du niveau de la mer, correspondent aux pires scenarios de réchauffement climatique et menacent des millions de personnes d’inondations, selon une étude de l’université de Leeds et de l'Institut météorologique danois, publiée le 31 août dans Nature Climate Change.

Le niveau de la mer a déjà monté de 1,8 cm depuis les années 1990 et les taux de fonte des calottes glaciaires au Groenland et dans l'Antarctique représentent les pires scénarios de réchauffement climatique élaborés par le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), selon un communiqué de presse de l’université de Leeds consacré à une étude à ce sujet et publiée le 31 août dans la revue Nature Climate Change.

Selon l’étude menée conjointement avec l'Institut météorologique danois, si la fonte se poursuit à ce rythme, «les calottes glaciaires devraient faire monter le niveau de la mer de 17 cm et exposer 16 millions de personnes supplémentaires à des inondations côtières annuelles d'ici la fin du siècle», explique le document.

Alors que jusqu’ici, dans la plupart des cas, le niveau de la mer montait en raison de la dilatation thermique -situation où le volume de l’eau s’amplifie à mesure qu’elle se réchauffe-, au cours des cinq dernières années c’est la fonte des glaces des calottes glaciaires et des glaciers de montagne qui est la première responsable de l'élévation du niveau de la mer, expliquent les chercheurs.

Vers deux fois plus d’inondations

D’après l’étude, 7 cm est un chiffre suffisant pour empirer la situation liée aux inondations notamment dans des villes côtières.

«C'est suffisant pour doubler la fréquence des inondations dans la plupart des plus grandes villes côtières du monde», a détaillé Anna Hogg, co-auteur de l’étude et chercheuse à l'École de la Terre et de l'Environnement de l’université de Leeds.

Surveillées pour la première fois par satellite dans les années 1990, la fonte des calottes glaciaires de l'Antarctique a fait grimper le niveau mondial de la mer de 7,2 mm, tandis que la fonte de celles du Groenland y a contribué pour 10,6 mm. Les dernières statistiques montrent que les océans du monde s’enflent maintenant de 4 mm chaque année, précise l’étude.

Lire aussi:

Les autorités du Haut-Karabagh décrètent la loi martiale et la mobilisation générale
Des chercheurs désignent la plus grande «ruse» du coronavirus
Moscou réagit aux tensions dans le Haut-Karabagh
Tags:
Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), inondation, fonte des glaces, Antarctique, Groenland, iceberg
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook