Sci-tech
URL courte
4122
S'abonner

La consommation d’aliments ultra-transformés peut être responsable d’un vieillissement des cellules prématuré, fait savoir une étude publiée dans l’American Journal of Clinical Nutrition.

La consommation fréquente d’aliments ultra-transformés peut provoquer un vieillissement prématuré des cellules, ont conclu des scientifiques de l'université espagnole de Navarre, dont l'article a été publié dans l’American Journal of Clinical Nutrition.

Les chercheurs ont analysé l'ADN et l’état de santé de 886 personnes âgées de 51 à 91 ans qui ont participé à une étude à long terme de SUN Project (1999-2018) sur l'impact des habitudes alimentaires sur la pression artérielle, le diabète, l'obésité et les maladies coronariennes.

Dans le cadre de l'étude, les participants ont fourni des échantillons de salive à partir desquels l'ADN a été isolé pour déterminer la longueur des télomères, les extrémités des chromosomes qui protègent l'ADN contre les dommages lors de la réplication. Leur raccourcissement est souvent un marqueur de vieillissement cellulaire, bien que le lien entre le télomère et le vieillissement biologique humain reste encore peu clair.

La fréquence de la consommation de nourriture ultra-transformée (boissons sucrées, viande et autres produits contenant un grand nombre d'additifs gustatifs, des agents de conservation, graisses et sucres) a été déterminée à l'aide de questionnaires alimentaires.

D'après les résultats des participants, ceux-ci ont été divisés en quatre groupes conformément à une consommation basse, moyenne/faible, moyenne/forte et une forte consommation. Chaque groupe a été associé au risque de raccourcissement des télomères grâce à un modèle statistique élaboré.

Ce que les résultats indiquent

Selon les résultats de l'étude, ceux qui consomment plus souvent des aliments malsains (trois portions par jour) étaient presque deux fois plus nombreux à se trouver parmi les 20 % des participants qui avaient les télomères les plus courts de tous les participants. Pour les groupes à consommation moyenne et moyenne/forte, le risque a augmenté de 29 % et 40 % respectivement.

Les scientifiques préviennent que, malgré la corrélation, la relation de cause à effet reste spéculative. Par exemple, il est possible que les participants qui abusent de la nourriture malsaine mènent en général un mode de vie malsain qui accélère le vieillissement cellulaire.

Toutefois, il existe d'autres preuves que les aliments malsains peuvent provoquer des réactions inflammatoires et des troubles du système immunitaire, qui sont traditionnellement considérés comme un facteur de vieillissement.

Lire aussi:

Les États-Unis cherchent à former une coalition contre le Nord Stream 2
Une bagarre entre automobilistes tourne au drame en Seine-Saint-Denis
L’étrange liquide découvert dans une ancienne tombe en Chine identifié
Tags:
science, vieillissement, régime alimentaire, produits alimentaires
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook