Sci-tech
URL courte
1270
S'abonner

Considéré comme le plus abyssal des gouffres inondés du monde, la grotte de Hranice en République tchèque descend jusqu’à au moins 473,5 mètres. Et pourtant, il pourrait être encore plus profond et s’allonger jusqu’à 1 kilomètre, indique une étude récemment publiée dans la revue spécialisée JGR: Earth Surface.

La grotte inondée de Hranice située près de la ville de Prerov, en Moravie centrale (République tchèque), détient le titre de la plus abyssale du monde avec 473,5 mètres de profondeur estimée. En réalité, ce pourrait être deux fois plus. C’est un groupe de chercheurs tchèques dont l’étude a été publiée le 17 août dans la revue JGR: Earth Surface qui en est arrivé à une telle conclusion.

«Les résultats géophysiques suggèrent que le gouffre de Hranice s'étend à une profondeur d'environ 1 km», conclut l’étude.

D’après les chercheurs, tout un système de grottes semblables à des tranchées se trouverait en contrebas.

Cette conclusion a été tirée de l’utilisation de plusieurs techniques géophysiques, magnétotelluriques et audiomagnétotelluriques (AMT), particulièrement utiles pour l’examen des profondeurs. Des méthodes géophysiques généralement utilisées pour les enquêtes près de la surface ont également été utilisées.

Une nouvelle hypothèse explicative

Qui plus est, l’étude suggère une nouvelle hypothèse de l'origine et de l'évolution des grottes inondées, généralement attribuées à des processus hypogéniques, dans lesquels les eaux souterraines acides dissolvent le calcaire par le bas. Des chercheurs thèques montrent que le système de cette grotte de Moravie centrale a pu se former au contraire de haut en bas, du fait des infiltrations d'eau de pluie.

Lire aussi:

Joe Biden se fracture le pied en jouant avec son chien - images
Un Français assassiné au Mexique pour ses grands crus
La Haute autorité de santé recommande un groupe prioritaire à vacciner
Deux doigts d’honneur d’un policier français capturés par Google Maps - images
Tags:
République tchèque, grotte
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook