Sci-tech
URL courte
Par
87212
S'abonner

Une énième dépression a été trouvée sur la péninsule sibérienne de Yamal, «unique en son genre» de par sa taille, a annoncé un membre de l'Institut Skolkovo des sciences et technologies.

Un 17e cratère de grandes dimensions, unique en son genre selon plusieurs facteurs ,rejoint la liste de ceux découverts depuis 2014 sur le sol de la péninsule de Yamal en Sibérie. L’entonnoir est en état parfait, ce qui permettra de l’étudier minutieusement, a indiqué le Centre russe de l’exploration de l’Arctique dans un communiqué.

«Cet objet est unique en son genre. Il livre beaucoup d’informations scientifiques supplémentaires que je ne peux pas encore révéler», a déclaré de son côté à la presse russe Vassili Bogoyavlenski, le chercheur principal de l’Institut du pétrole et du gaz de l’Académie des Sciences de Russie.

Le mécanisme de sa formation est le suivant: des poches de gaz soumis à une forte pression se forment dans le pergélisol. Lorsque celle-ci dépasse 12 atmosphères, cela brise le permafrost et forme un entonnoir d’une forme parfaitement cylindrique et d’une profondeur pouvant aller jusqu’à 50 mètres, a précisé le Centre de l’exploration de l’Arctique.

Le cratère récemment découvert «époustoufle par ses dimensions et sa grandeur», a estimé Evgueni Tchouviline, chercheur principal du centre d’extraction des hydrocarbures de l’Institut Skolkovo des sciences et technologies.

Déjà une vingtaine de cratères

Le premier cratère découvert en 2014 a soulevé dans un premier temps les hypothèses d’une chute de météorite ou d’essais militaires. D’une profondeur de 35 mètres et d’un diamètre de 40 mètres, le plus connu des entonnoirs de la péninsule est désormais presque entièrement rempli d’eau.

Une explosion a fait naître un autre cratère important en juin 2017, dont la profondeur à son endroit le plus étroit est d’environ 50 mètres.

Des émissions de méthane possiblement engendrées par le réchauffement climatique et la fonte du pergélisol seraient à l’origine de ces explosions, selon les conclusions d’une étude russe dont Evgueni Tchouviline est co-auteur.

Lire aussi:

L’Allemagne installera des soldats en France, Paris parle de «révolution»
Ces 11 pays qui n’ont toujours pas de cas déclarés de coronavirus depuis le début de la pandémie
Covid-19: Quand la cheffe de file de la gauche marocaine verse dans le complotisme décomplexé
Tags:
cratère, pergélisol, Sibérie, Iamal, réchauffement climatique
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook