Sci-tech
URL courte
Par
8125
S'abonner

Roscosmos a démenti sur Twitter des informations parues dans les médias russes se référant au rapport de Roscosmos pour l'année 2019, selon lesquelles il n’y aurait pas d’astronaute de la NASA à bord du vaisseau spatial Soyouz qui s’envolera pour l’ISS au printemps prochain.

D'après la presse russe citant le rapport de Roscosmos pour 2019, la NASA a refusé de réserver une place pour un astronaute à bord du vaisseau russe Soyouz qui serait envoyé vers la Station spatiale internationale (ISS) au printemps 2021. Or, «ce n’est pas le cas», a déclaré l’agence spatiale russe sur Twitter par la suite.

«Roscosmos va bientôt examiner les propositions concernant les équipages de l’ISS se préparant pour les vols en vaisseau spatial Soyouz en 2021. Les équipages seront internationaux. Nous fournirons plus de détails après l’approbation du directeur général», a-t-elle précisé.

En août, une source au sein de l’industrie spatiale russe a fait savoir à Sputnik qu’il n’y aurait que des cosmonautes à bord du Soyouz qui s’envolera pour l’ISS en avril 2021, une première dans l’histoire de la station.

Plus de 4 milliards de dollars dépensés

Selon les données de la NASA, depuis 2006, les États-Unis ont réservé 72 places dans les Soyouz pour plus de quatre milliards de dollars. Depuis, le prix d’une place à bord d’uun Soyouz est passé pour Washington de 20 à 90 millions de dollars.

Fin août, la société SpaceX a réussi le premier lancement et retour sur Terre du vaisseau Crew Dragon avec deux astronautes à bord pour le compte de la NASA.

Lire aussi:

Un policier roué de coups à Paris lors de la manifestation contre la loi Sécurité globale – vidéos
Seul et en civil, un gendarme met en déroute une vingtaine d’individus qui tabassent un jeune
Le mystérieux «monolithe de métal» en plein désert américain a disparu
Voici la nouvelle attestation de déplacement à télécharger - photo
Tags:
SpaceX, Holding spatial russe Roscosmos, Russie, Soyouz TMA, ISS, NASA
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook