Sci-tech
URL courte
Par
124625
S'abonner

Le corps humain change avec le temps, certes, mais des scientifiques australiens ont observé une évolution considérable sur une courte période de l’histoire. En effet, aujourd’hui, environ 30 % des gens possèdent une artère supplémentaire, relate le Journal of Anatomy.

Des futurologues estiment que l’apparence de l’Homme va encore changer au fil du temps, toutefois, c’est déjà le cas aujourd'hui avec des changements inattendus, selon des chercheurs australiens, fait savoir la revue scientifique Journal of Anatomy.

Ils ont découvert que presque un tiers des gens avaient au milieu de l'avant-bras une artère supplémentaire et que la quantité de porteurs de ce changement grandirait avec le temps. Il s'agit d’une artère qui apparaît lors d’un stade embryonnaire. Elle aide à nourrir les mains du fœtus qui se développe activement dans l’utérus.

Environ à l’âge de 8 semaines, l'artère régresse mais elle ne disparaît pas complètement chez certains.

Le nombre de personnes concernées augmente

À la fin du XIXe siècle, la quantité d’adultes avec une troisième artère à l'avant-bras, en complément de la radiale et de l’ulnaire, atteignait près de 10 %, alors que chez ceux nés à la fin du XXe siècle, elle se rencontre déjà chez environ 30 %, indique une étude publiée dans le Journal of Anatomy.

Du point de vue de l'évolution, c'est une croissance considérable sur une période assez courte, estiment les scientifiques.

Si cette tendance continue, vers l’année 2100, la plupart des gens sur la planète auront à l'avant-bras trois artères au lieu de deux, soulignent les chercheurs.

Un tel changement peut être le résultat de la mutation de gènes ou de problèmes de santé chez la mère pendant la grossesse, ajoutent-ils.

Des conséquences

La présence de cette artère supplémentaire peut contribuer à une plus grande force et agilité des doigts encore longtemps après la naissance.

En même temps, elle soumet la personne à un grand risque de développer un syndrome du canal carpien, qui provoque douleurs et/ou engourdissement dans la main.

Lire aussi:

Ce que l’on sait de l’arme utilisée par le terroriste pour décapiter le professeur Paty
Un élève de dix ans nommé Jihad mord son enseignante devant toute sa classe dans le Val-de-Marne
Les anciens amis du terroriste de Conflans témoignent
Tags:
évolution, science, santé
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook