Sci-tech
URL courte
Par
0 212
S'abonner

La «spaghettification» d’une étoile, partiellement engloutie par un trou noir, a été observée par une équipe de chercheurs internationale à l’aide de télescopes de l’Observatoire européen austral (ESO).

Un trou noir supermassif à 215 millions d’années-lumière a partiellement dévoré une étoile et en a fait un «spaghetti». C’est la première fois qu’un tel phénomène est examiné d’aussi près par des astronomes. Ils ont partagé leurs observations dans une étude publiée dans la revue Monthly Notices of the Royal Astronomical Society.

Les chercheurs ont créé une vue d’artiste animée de ce phénomène.

​«Parce que nous avons pu l’observer au bon moment, nous avons été capables d’observer le nuage de poussière et de débris être rejeté par le trou noir à une vitesse allant jusqu’à 10.000 kilomètres par seconde», a raconté dans un communiqué relayé par Gizmodo, Kate Alexander, l’une des co-auteurs de l’étude.

Observer en temps réel

Selon elle, cela a permis aux spécialistes «d’étudier les coulisses de ce phénomène en temps réel».

Pour observer ce processus, les astronomes ont utilisé le Very Large Telescope et le New Technology Telescope de l’Observatoire européen austral (ESO).

«Spaghettification» d’une étoile

Cette «spaghettification» a lieu lorsqu’une étoile qui gravite autour d’un trou noir supermassif s’en approche trop près. En entrant en contact avec le rayon du trou noir, soit elle est littéralement avalée par la force d’attraction du trou noir, soit elle subit une dislocation progressive, comme c’est le cas de ce qui a été observé. L’étoile y a perdu environ la moitié de sa masse en l’espace de six mois.

Lire aussi:

Après un échange sur le racisme, Booba vire Jean Messiha du plateau de TPMP
Une jeune femme violée dans le métro parisien, son agresseur déjà arrêté 11 fois pour des infractions sexuelles
Scènes de violences urbaines à Lyon entre la police et des habitants d'un quartier – vidéos
Tags:
télescope, trou noir, étoile, espace
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook