Sci-tech
URL courte
Par
0 44
S'abonner

Une étude dévoile que des bactéries pourraient aider à extraire des métaux et des minéraux dans l’espace, comme elles le font sur Terre. Une découverte qui ouvre de nouveaux horizons pour l’autosuffisance des astronautes.

Des scientifiques ont établi que des bactéries étaient susceptibles d’aider à l’extraction de métaux et de minéraux dans l’espace, rapporte l’université d’Edimbourg dans un communiqué. Les résultats de leurs travaux ont été publiés dans la revue Nature Communications.

Des chercheurs britanniques ont mené cette expérience en collaboration avec la Station spatiale internationale, en emportant dans l’espace dix-huit réacteurs destinés à la bio-extraction. Ces dispositifs miniers, de la taille d’une boîte d’allumette, ont été remplis d’une solution bactérienne. On y a ensuite immergé des morceaux de basalte, roche commune sur la Lune et sur mars.

L’expérience a duré trois semaines, simulant différents types de gravité, dont celui présent sur Mars. Les chercheurs souhaitaient savoir si, dans de telles conditions, les bactéries étaient toujours capables d’extraire des terres rares du basalte, comme elles le font sur Terre.

Un pas vers l’autosuffisance dans l’espace

L’expérience s’est avérée concluante, notamment concernant une bactérie nommée Sphingomonas desiccabilis, qui a permis de récupérer plusieurs terres rares à partir du basalte, dans des conditions de gravité différentes.

Les chercheurs espèrent que leur découverte permettra de développer des moyens d’approvisionnement en métaux et minéraux –comme le fer ou le magnésium– essentiels à la survie dans l’espace.

«Nos expériences soutiennent la faisabilité scientifique et technique de l'exploitation minière élémentaire biologiquement améliorée à travers le système solaire […] La bio-exploitation spatiale pourrait potentiellement soutenir une présence humaine autosuffisante dans l'espace», explique ainsi Charles Cockell, auteur principal de l’étude.

Les ressources présentes dans l’espace, comme les métaux et minéraux, intéressent de nombreuses agences spatiales. En septembre, la NASA avait d’ailleurs sollicité l’aide d’entreprises commerciales pour tenter de collecter de la poussière et des roches depuis la surface lunaire.

Lire aussi:

Cinq morts, dont un enfant, et des blessés en Allemagne où une voiture a foncé sur des piétons - images
Ces armes russes qui font de l’Algérie une puissance militaire régionale
Cette photo prise dans une unité Covid-19 devient virale
Tags:
gravité artificielle, Lune, Mars, bactérie, minerais, métaux
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook