Sci-tech
URL courte
Par
81045
S'abonner

Une viande cultivée artificiellement a été créée à l'aide d'un sérum spécial basé sur le sang périmé de donneurs, selon le site Deezen. Ce projet est destiné à attirer l'attention du public sur les animaux tués et les problèmes de la nutrition mondiale.

Une équipe de scientifiques et de designers américains a développé un kit de cultivation autonome de «viande» en utilisant comme base des cellules humaines et du sang expiré de donneurs, rapporte le 13 novembre le site Deezen. 

Selon le média, les développeurs ont appelé cette «viande» Ouroboros, ce qui désigne un serpent mangeant sa propre queue.

Pourtant, ils ne considèrent pas cette méthode comme du cannibalisme.

D’après eux, cette «viande» peut être cultivée à la maison. Pour l’obtenir, une personne doit collecter ses cellules à l'intérieur de sa joue à l'aide d'un coton-tige, puis les placer dans un sérum de sang périmé. En conséquence, un morceau de «viande» de la taille d'une amuse-bouche se développe à partir des cellules. Le processus de croissance prend environ trois mois.

Une possibilité de la cultiver soi-même

Ils ont souligné que l’avantage de cette étude était l’absence de faire du mal aux animaux.

«Nous ne faisons pas la promotion de "nous manger nous-mêmes" comme une solution réaliste qui résoudra les besoins en protéines des gens. Nous posons plutôt une question: quels seraient les sacrifices que nous devrions faire pour pouvoir continuer à consommer de la viande au rythme où nous le faisons? À l'avenir, qui sera en mesure de se payer de la viande animale et qui n'aura peut-être d'autre choix que de cultiver de la viande venant de lui-même?», ont expliqué les développeurs.

Lire aussi:

La manifestation contre la loi Sécurité globale se poursuit place de la République, à Paris
Une «méga-catastrophe» menace les États-Unis, selon des experts
Véhicules embrasés, heurts et gaz: Paris se mobilise de nouveau contre la loi Sécurité globale – images
Tags:
sang, création, viande, chercheurs, étude
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook