Sci-tech
URL courte
Par
1119
S'abonner

Les travaux réalisés par un professeur des universités en Physiologie pourraient révolutionner le domaine de la lutte contre l'obésité avec un simple spray agissant sur les récepteurs sensibles au goût du gras.

Manger moins pour garder la ligne ou maigrir, et ce sans aucun effort? Le rêve de nombre d’entre nous pourrait se réaliser prochainement grâce à un simple coup de spray dans la bouche. Naïm Khan, chef du laboratoire physiologie de la nutrition et toxicologie (Inserm-AgroSup - université de Bourgogne), se penche sur le problème depuis plusieurs années. Il est d’ailleurs devenu lauréat du prix Alimentation Nutrition «pour ses travaux sur la perception gustative des lipides alimentaires: synthèse des leurres lipidiques – une arme contre l’obésité», indique le site de l’Académie nationale de médecine.

Le système biologique de détection gustative des composants alimentaires chez l’homme génère des sensations de plaisir ou de dégoût qui régulent l’envie et la consommation. Ce qui détermine souvent nos choix. Après plusieurs années de recherches, les scientifiques dijonnais ont constaté que certains sujets obèses avaient une préférence pour les aliments riches en graisses, indique l’Institut national supérieur des sciences agronomiques de l’alimentation et de l’environnement (AgroSup).

«On a constaté que les personnes obèses adorent le gras. Elles aiment bien les lipides alimentaires», explique Naïm Khan à France 3 Bourgogne-Franche-Comté.

Selon le site de l'université de Bourgogne, l’équipe a constaté chez nombre d’obèses «une baisse de la perception orosensorielle (goût) lipidique, donc une baisse de plaisir alimentaire». Et pour obtenir ce plaisir, ils «mangent de plus en plus de lipides».

Des essais chez l’homme

Ce constat a poussé l'équipe de Naim Khan à travailler sur des molécules de plaisir artificiel. Son équipe a synthétisé des «leurres lipidiques» pour mimer le goût du gras.

«On peut faire des molécules, des faux gras, ce qu'on appelle des leurres lipidiques, qui vont venir se fixer sur les récepteurs gustatifs, les papilles gustatives, des personnes obèses et vont déclencher une perception intense de plaisir alimentaire par le cerveau. C'est un peu la même chose que les édulcorants, qui permettent aux diabétiques d’avoir le même plaisir qu’avec du sucre. C’est cela qu’on développe pour la première fois dans le monde.»

Les molécules synthétisées agissent sur les récepteurs au niveau des papilles gustatives et diminuent la prise alimentaire lipidique et l’obésité chez la souris. Ces agents n'ont aucun effet chez la souris mince.

Des essais chez l’homme sont prévus très prochainement.

Deux demandes de brevet européen dans la catégorie innovation ont été déposées en 2019, ajoute AgroSup sur son site.

Lire aussi:

Décès de patients, statistiques troublantes et pressions: faut-il s’inquiéter du vaccin de Pfizer?
«Détruire le pays pour une maladie avec une mortalité aussi faible relève du pétage de plombs» - vidéo
Ce lapsus de Marion Maréchal sur ses ambitions présidentielles – vidéo
Tags:
science, obésité, poids
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook