Sci-tech
URL courte
6131
S'abonner

Les particularités du vieillissement chez les personnes de professions intellectuelles en Russie et dans l'UE ont été comparées par des chercheurs de l'Université psychologique et pédagogique d'État de Moscou. Selon ses auteurs, dans l'UE, le rythme de vieillissement ralentit à l'âge moyen, mais après 65 ans, il se rapproche de celui des Russes.

Actuellement, de plus en plus de pays augmentent l'âge de départ à la retraite ce qui s'explique souvent par le ralentissement du vieillissement individuel: l'augmentation de l'espérance de vie moyenne et de l'activité physique et intellectuelle. Comme le notent les chercheurs de l'Université psychologique et pédagogique d'État de Moscou (MSUPE), le vieillissement individuel inclut l'âge psychologique subjectif et la dynamique de l'âge biologique. Les résultats sont publiés dans la revue Investigation in Health, Pqsychology and Education.

Les scientifiques de la MSUPE ont évalué la dynamique des indicateurs d'âge biologique et psychologique parmi les personnes ayant des professions de scientifiques et âgées de 32 à 70 ans: un groupe comprenait celles vivant en Russie et l'autre, d’autres qui ont quitté la Russie pour les pays de l'UE. Des chercheurs, des professeurs d'université, des employés d'instituts de recherche, des spécialistes de professions connexes titulaires d'un diplôme scientifique ont participé à l'étude.

Selon les chercheurs, les représentants des professions intellectuelles ont en général une espérance de vie moyenne plus élevée et une probabilité moindre de décès prématuré.

«Le vieillissement individuel est influencé à la fois par le pays de résidence et par l'activité professionnelle. Le vieillissement psychologique subjectif dépend davantage du pays de résidence, et le vieillissement biologique, de l'activité professionnelle et d'autres facteurs objectifs», a expliqué Tatiana Berezina, professeure du département des fondations scientifiques de la psychologie d'extrême de la faculté de la psychologie d'extrême de la MSUPE.

Les scientifiques ont noté la dynamique des composantes subjective et objective de l'âge biologique. C'est pour cet indicateur qu'ont été révélées les plus grandes différences entre les personnes des professions scientifiques en Russie et dans l'Union européenne.

«L'auto-évaluation des maladies était considérée comme indicateur subjectif, et la durée d'équilibre statique, comme un objectif [position debout sur la jambe gauche sans chaussures avec les yeux fermés, la jambe droite est levée et pliée au genou, les bras le long du corps. Par exemple, pour les personnes de 40 ans, le temps normal de l'équilibre statistique est de 20 secondes, ndlr]. L'indicateur objectif de la santé des Russes et des émigrés ne diffère pas, mais pour l'évaluation subjective de la santé, les différences sont les plus grandes: les émigrés se considèrent comme étant en meilleure santé. Cela est également confirmé par la dynamique de l'âge psychologique subjectif», a détaillé Tatiana Berezina.

Selon elle, un changement d'attitude psychologique, un environnement différent de celui de la Russie conduisent à ce que les chercheurs qui ont émigré commencent à se sentir plus jeunes, à prendre davantage soin de leur santé et à lui donner une meilleure évaluation. Cependant, leurs indicateurs de santé objectifs peuvent ne pas être aussi bons que ceux des Européens, et ils peuvent être susceptibles de vivre moins longtemps.

«Les Russes sont également confrontés au stress lié à la retraite: chez les hommes et les femmes entre 51 et 65 ans, les caractéristiques biologiques de santé se détériorent, ce qui conduit à un vieillissement accéléré du corps. Avant et après cet intervalle d'âge, un vieillissement accéléré n'est pas observé. Le stress lié à la retraite, qui influencerait le vieillissement individuel de l'organisme, n'a pas été observé chez les Russes qui avaient émigré dans des pays de l'UE», a expliqué Tatiana Bérézina.

Selon la chercheuse, il existe également des différences dans la dynamique du vieillissement psychologique. Les Russes de moins de 65 ans estiment leur âge subjectif comme approximativement égal à l'âge civil ou légèrement supérieur à celui-ci, et les émigrés, comme inférieur: les femmes âgées de 51 à 65 ans estiment leur âge comme inférieur à l'âge civil de 10 ans et les hommes, de 20 ans.

Parmi les tendances générales, les chercheurs remarquent que les hommes vieillissent plus vite que les femmes, tant sur le plan biologique que psychologique, à la fois en Russie et dans l'Union européenne. Par ailleurs, les hommes et les femmes de moins de 35 ans exagèrent leur âge psychologique par rapport à leur âge civil, et après 65 ans, ils le minorent.

Dans leur étude, les auteurs ont utilisé des méthodes d'évaluation de l'âge biologique tenant compte des indicateurs de santé, d'âge psychologique subjectif, ainsi qu'un certain nombre d'autres indices. Les résultats suggèrent que la différence dans la dynamique du vieillissement relatif chez les personnes des professions scientifiques ou assimilées s'explique moins par des facteurs biologiques que par des facteurs psychologiques, notent les chercheurs.

L'étude a été réalisée avec le soutien du Fonds scientifique russe (projet 19-18-00058).

Lire aussi:

Le Drian assure sans plaisanter envisager une frappe nucléaire russe sur l’Europe
«Je vais tous vous crever»: appelés pour des violences conjugales, des policiers se font tirer dessus
Louboutin prend ses distances avec Assa Traoré, assurant qu'elle n'est pas une «égérie»
Tags:
psychologie, biologie, chercheurs, vieillissement
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook