Sci-tech
URL courte
Par
5183
S'abonner

Des chercheurs égyptiens ont finalement réussi à établir les circonstances du décès du pharaon Seqenenrê Tâa II, survenu près de 1.600 ans avant notre ère. Ils ont étudié sa momie à l'aide de la tomodensitométrie.

Découverte à la fin du XIXe siècle et conservée au Caire, la momie du pharaon égyptien Seqenenrê Tâa II dit «le Courageux» vient d’être étudiée aux rayons X. Des scientifiques égyptiens sont ainsi parvenus à établir les circonstances de sa mort. Ils ont publié leur étude dans la revue Frontiers of Medicine.

​La précédente analyse de la momie, réalisée dans les années 1960, avait montré de graves blessures à la tête qui ont suscité diverses théories sur les circonstances de sa mort. De nos jours, les scientifiques ont examiné la momie à l'aide de la tomodensitométrie, basée sur la technique des rayons X.

​Un guerrier

Les résultats montrent que le dirigeant antique est mort à l’âge de 40 ans. Ses mains déformées suggèrent qu’il a probablement été emprisonné les mains liées. Les images tomodensitométriques ont fourni une analyse détaillée de ses blessures et fractures au visage et sur le crâne.

​Après avoir créé et analysé des images en trois dimensions, les chercheurs ont conclu que le pharaon a probablement été tué par ses adversaires sur le champ de bataille, sans doute contre les Hyksôs, un groupe pluriethnique vivant dans l'Asie de l'ouest arrivés à l'est du delta du Nil vers 1675 avant notre ère. Des combattants hyksôs ont sans doute capturé et ligoté le dirigeant avant de l'exécuter brutalement.

L'attaque mortelle a atteint le visage du roi, probablement dans le but de le déshonorer, note l’étude.

Lire aussi:

Le pass sanitaire français «ressemble beaucoup à ce que propose Davos, qui est la mise en place d’un système de traçage»
Des tirs de mortier d’artifice dirigés contre une CPE d’un lycée de l’Oise
«Si Sarkozy soutient Macron pour 2022, il ne faudra pas se demander à qui Marine Le Pen doit son élection», dit Buisson
Tags:
archéologie, momie, pharaon
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook