Sci-tech
URL courte
Par
7127
S'abonner

La fosse commune découverte en 2007 en Croatie contient les restes de 41 personnes massacrées probablement par des membres de leur propre communauté à cause de l’épuisement des ressources, indique une récente étude.

Une équipe internationale de chercheurs a examiné une quarantaine de squelettes retrouvés dans une fosse commune vieille de 6.200 ans sur le territoire de l’actuelle Croatie. Les résultats de leur étude ont été publiés sur phys.org.

Selon les scientifiques, la fosse découverte en 2007 près de la localité de Potocani contient les restes de 41 personnes, dont la moitié sont des enfants, massacrées probablement par des membres de leur communauté. L’analyse génétique a permis d’établir qu’environ 70% des décédés ne sont pas étroitement liés aux autres victimes, mais partagent une ascendance commune.

Seulement 11 des victimes sont des parents proches, de sorte que le massacre ne visait pas un groupe familial spécifique. Cela ne ressemble pas non plus à un meurtre discriminatoire planifié dans lequel les adversaires ont eu tendance à assassiner des hommes plus âgés tout en capturant des femmes, soulignent les scientifiques.

Les auteurs de l’étude pensent que la tuerie a pu être provoquée par un boom démographique ou un changement des conditions climatiques qui ont épuisé les ressources et donc conduit à des meurtres de masse aveugles.

Lire aussi:

Jean Castex tient une conférence de presse - vidéo 
La République tchèque expulse près de 70 employés de l’ambassade russe, Moscou promet une réponse
Les concepteurs du Spoutnik V «étonnés» par le silence des médias sur les décès après injection du Pfizer
Tags:
massacre, archéologie, Croatie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook