Sci-tech
URL courte
Par
51746
S'abonner

L’explosion d’un satellite météorologique américain a créé seize débris supplémentaires qui s’ajoutent au plus de 22.000 objets en orbite terrestre déjà suivis par le département de la Défense.

Le satellite météorologique américain NOAA 17, désactivé depuis 2013, a fini par exploser dans l’espace, a annoncé le 18e escadron de contrôle de l’US Space Force.

«L’escadron a confirmé la destruction du NOAA 17 […]. Ses 16 fragments sont actuellement suivis», informe l’unité sur son compte Twitter.

Bien que l’escadron précise que la destruction du satellite, qui évoluait à une altitude entre 800 et 817 kilomètres, n’a pas été causée par une collision avec un autre objet, il n’indique pour le moment pas si ses débris risquent de mettre en danger d’autres engins spatiaux qui naviguent en orbite autour de la Terre.

Énième explosion d’un engin spatial US

Ce n’est pas la première fois qu’un satellite météorologique de l’US Air Force explose. En février 2015, c’est l’engin DMSP-F13 qui s’est défragmenté dans le ciel à cause d’une «soudaine hausse de la température», créant un nuage d’une cinquantaine de débris et une multitude d’autres, trop petits pour être détectés par les radars de surveillance au sol.

Avant lui, le DMSP-F11 s’était transformé en un champ de débris, alors que tous ses systèmes étaient désactivés. Les deux appareils avaient été construits par Lockheed Martin Space Systems.

L’US National Security Space Strategy constate que l’espace est en train de devenir un environnement de plus en plus congestionné. Le département de la Défense traque actuellement près de 22.000 objets de 10 centimètres ou plus en orbite terrestre.

Pas que les satellites américains

Les États-Unis ne sont pas l’unique pays dont les satellites explosent dans l’espace avec des conséquences imprévisibles. En 2007, la Chine a choisi d’abattre un de ses engins spatiaux, Fengyun-1C, afin de tester le bouclier de protection de ses satellites. L’opération a généré plus de 3.000 débris supplémentaires, dont un grand nombre d’une taille supérieur à 10 centimètres tournant autour de notre planète.

Six ans après, le satellite russe BLITS, de 7,5 kilos, a été heurté par un minuscule débris qui pesait, selon les évaluations de chercheurs, moins de 0,1 gramme. Un poids suffisant pour que la collision provoque un brusque changement de ses paramètres et la fin préliminaire de sa mission dans l’espace.

D’après Thomas Kelso du Center for Space Standards & Innovation aux États-Unis, le BLITS a été touché par un des 3.000 débris du Fengyun-1C détruit en 2007 lors du test militaire chinois. Cette hypothèse est pourtant contestée par d’autres spécialistes. Plus récemment, l’Inde a ajouté 400 débris en abattant avec un missile un satellite à orbite basse.

Lire aussi:

Édouard Philippe «porte tout l'échec» du début de quinquennat selon le président des Républicains
«Colère», «dégoût», «honte»: pourquoi tant de haine envers Emmanuel Macron?
Le missile auquel Israël a riposté en frappant la Syrie a explosé près d’une centrale nucléaire
Discours de Vladimir Poutine: «les Occidentaux ont tendance à réagir un peu comme des enfants frustrés»
Tags:
Inde, Chine, États-Unis, satellite, explosion, Lockheed Martin
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook