Ecoutez Radio Sputnik
    Evgueni Kaspersky

    Internet: le nombre des spammeurs russe peut augmenter (Kaspersky)

    © Sputnik. Sergueï Gouneïev
    Société
    URL courte
    0 0 0

    Il n'est pas exclu que le nombre des spammeurs russes s'accroisse dans l'avenir, a déclaré Evgueni Kaspersky, chef des études anti-virus de la société russe "Kaspersky Lab".

    Il n'est pas exclu que le nombre des spammeurs russes s'accroisse dans l'avenir, a déclaré Evgueni Kaspersky, chef des études anti-virus de la société russe "Kaspersky Lab".

    "En raison de l'imperfection de la législation russe sur la lutte contre les viols des logiciels, la Russie peut s'avérer attrayante pour les hackers (notamment, pour la diffusion du spam)", a indiqué M.Kaspersky.

    Le volume du courrier non sollicité (spam) répandu en provenance de Russie ne représente que 1,5 % de l'indice mondial. Les experts l'expliquent en disant qu'Internet russe joue un rôle insignifiant dans la Toile mondiale et que la part du spam répandue en provenance de tel ou tel pays est proportionnelle à celle des ordinateurs branchés sur Internet.

    Pour envoyer le courrier, les spammeurs utilisent de plus en plus souvent non pas leurs propres ordinateurs, mais les systèmes rompus des internautes qui n'en sont pas au courant. De plus, les ordinateurs à bande large d'accès présentent une valeur particulière pour les malfaiteurs. D'après la compagnie J'son&Partners, la proportion de ces ordinateurs n'est pas grande en Russie: environ 20 %. Qui plus est, estime Boris Ovtchinnikov, analyste de cette compagnie, "la plupart des internautes russes sont branchés par les réseaux locaux, dont le débit n'est pas élevé". Par conséquent, si un ordinateur devient une machine à envoyer du spam, l'administrateur du Réseau l'apprend tout de suite.

     

    Lire aussi:

    Voici les trois astuces les plus utilisées par les escrocs sur internet
    Le Kremlin se prononce sur les accusations de Washington contre Kaspersky Lab
    Kaspersky Lab confirme la falsification de ses certificats par la CIA
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik