Ecoutez Radio Sputnik
    Société

    Les revendications des défenseurs des droits des musulmans de Russie

    Société
    URL courte
    0 0 0 0
    MOSCOU, 15 février - RIA Novosti. Les défenseurs des droits des musulmans de Russie exigent la fermeture des éditions russes publiant des caricatures des prophètes.

    "Certaines informations font état de l'apparition de caricatures de Saints dans la presse russe. Nous exigerons que les journaux concernés soient privés de leur licence", a déclaré mercredi, lors d'une conférence de presse à RIA Novosti, Kamiljan Kalandarov, président de l'Organisation sociale islamique russe Al-Haq (Justice), membre de la Chambre civile.

    "Nous ferons tout notre possible pour cela et nous demanderons, en cas de nécessité, que des amendements soient apportés à la loi sur la presse. Le tout-permis ne passera pas: en Russie, il y a des défenseurs des musulmans (bien entendu, dans le cadre de la loi)", a souligné Kamiljan Kalandarov.

    Le défenseur des droits des musulmans a également exprimé son indignation au sujet de l'apparition de caricatures de Jésus-Christ et de la Sainte-Vierge dans la presse azerbaïdjanaise. "Nous adresserons un message au cheikh-ul-islam Allakhchoukur Pacha-zadé pour lui exprimer notre indignation", a déclaré Kamiljan Kalandarov.

    "On peut et, probablement, il faut critiquer les dignitaires musulmans. Les caricatures des serviteurs du culte musulman seraient probablement approuvées, avant tout, par la communauté musulmane. Mais il est inconvenant de s'en prendre à ce qui est sacré. Les dieux, les prophètes et les saints ne doivent pas être caricaturés", estime Mavlid Bajaiev, membre de la Chambre civile, président de l'Association des groupements publics et culturels tchétchènes.

    Lire aussi:

    L’islam deviendra la religion la plus répandue dans le monde en 2070
    Sommet de Kazan, prochain point d’orgue des relations Russie-Monde musulman
    L’Aïd al-Adha en France et en Russie: entre traditions et bouleversements
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik