Ecoutez Radio Sputnik
    Société

    Mort du journaliste Ilia Zimine : faits et réactions

    Société
    URL courte
    0 10

    MOSCOU, 27 février - RIA Novosti. Ilia Zimine, correspondant de la chaîne de télévision NTV, a été retrouvé mort dimanche soir à Moscou.

    Les collègues du journaliste de 33 ans n'ont pas la moindre idée des motifs du meurtre, a affirmé à la radio Echo de Moscou le reporter Vadim Kamenev. Arrivés chez lui après le travail, ils l'ont trouvé mort.

    Comme le rapporte le journal "Vremia Novosteï", les collègues du journaliste s'inquiétaient de son absence au travail et avaient tenté de le joindre à plusieurs reprises sur son portable, en vain. Arrivés au 18e étage de l'immeuble, ils ont trouvé la porte entrouverte et découvert au sol le corps ensanglanté d'Ilia Zimine. L'appartement était en désordre et le corps de la victime portait de lourdes traces de coups.

    Le parquet de Moscou a confirmé la présence de contusions sur le visage et la tête du journaliste. "L'état de l'appartement montre qu'il s'y est déplacé après avoir été blessé. Aucun objet n'a disparu", y a-t-on déclaré, ajoutant qu'on ne faisait pour l'instant aucun lien entre la mort de Zimine et son activité professionnelle.

    En avril 2005, non loin de son domicile, il avait été agressé par un groupe de malfaiteurs qui lui avaient cassé une jambe avant de prendre la fuite en emportant son argent, papiers et téléphone portable, à la suite de quoi le journaliste avait été hospitalisé.

    Selon le quotidien "Vremia Novosteï", les enquêteurs auraient déjà trouvé des témoins de deux mystérieux incidents qui pourraient être liés au meurtre. "Une femme a affirmé avoir aperçu dans la rue aux alentours de 8h45 un accrochage entre une habitante de l'immeuble et un inconnu, qui sortait du bâtiment avec une valise. Ils se seraient violemment disputés pour un taxi et, une fois la femme assise dans la voiture, l'homme se serait enfui en courant, emportant avec lui sa valise. Le chien qui a suivi les traces depuis l'appartement a cependant dirigé les enquêteurs dans une autre direction avant de perdre la piste, non loin de la route. Un autre témoin, une jeune fille qui promenait son chien, a affirmé avoir entendu le matin du meurtre des appels à l'aide, sans pouvoir déterminer d'où ils provenaient. En outre, il a été établi que l'escalier qui mène à l'appartement de la victime était muni d'une caméra, dont la pellicule s'est malheureusement terminée samedi soir, précise l'édition du journal.

    Selon la version provisoire, Zimine aurait succombé à une blessure à l'arrière de la tête, écrit le journal "Gazeta.ru". "D'après tous les éléments dont on dispose, le journaliste aurait été frappé mortellement de derrière avec un objet assez lourd. La présence d'autres blessures, par balle ou au couteau, n'est pour l'instant pas établie", ajoute-t-on.

    En outre, d'après un communiqué des forces de police, il semble que Zimine ait lui-même ouvert la porte à son agresseur, la porte d'entrée ne portant pas de traces d'effraction.

    Selon le "Kommersant", la concierge serait le témoin principal. Elle aurait raconté que vers dix heures du matin trois inconnus seraient monté chez Ilia Zimine. Ils auraient présenté à la concierge leur carte de police et seraient sortis une heure plus tard.

    "C'est une tragédie pour tous, a affirmé le directeur général de la chaîne NTV Vladimir Koulistikov dans une interview au "Kommersant", Zimine était l'un des meilleurs reporters de notre chaîne mais aussi du pays. C'était un homme extraordinairement brillant qui a fait beaucoup pour NTV et pour le genre du reportage moderne."

    Toute la communauté médiatique s'est exprimée sur la mort du journaliste.

    "Ilia était un ami et un proche. Comme tous les reporters, il passait la plus grande partie du temps sur le terrain ou à la rédaction, avec ses collègues qu'il voyait plus que sa propre famille. Aujourd'hui nous avons perdu un ami. Aujourd'hui est pour nous un triste jour", ont déclaré ses collègues de NTV.

    Ilia Zimine était né le 1er mai 1972 à Komsomolsk-sur- l'Amour (Région de Khabarovsk) et avait étudié le journalisme à Vladivostok, où il avait commencé à travailler à la télévision, avant d'entrer à NTV comme correspondant local. A Moscou depuis 2000, il travaillait depuis 2004 pour l'émission "Profession: reporter" tout en continuant à couvrir l'actualité. "Il avait ainsi couvert, entre autres, l'accident du Koursk, la "révolution orange" en Ukraine et la mort du Pape Jean-Paul II", a-ton précisé à NTV.

    Lire aussi:

    Des journalistes russes blessés en Syrie
    Manifestation à Moscou: «La police ne s'est pas ingérée»
    Courage sans limites: un garçon russe de 10 ans aide à arrêter deux voleurs armés
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik