Ecoutez Radio Sputnik
    Société

    Markus Wolf connaissait-il Poutine? (Vrémia novostéi)

    Société
    URL courte
    0 12 0 0
    MOSCOU, 10 novembre - RIA Novosti. L'ancien chef des services secrets est-allemands, Markus Wolf, ou Misha comme l'appelaient ses collègues soviétiques et ses confrères à Berlin-Est, est décédé cette nuit à l'âge de 83 ans.

    Depuis le milieu des années 1980, où la perestroïka et la glasnost ont porté leurs premiers fruits en URSS, Wolf avait la réputation d'être un "agent dissident". A l'époque, le secrétaire général Erich Honecker serrait la vis pour détourner l'attention publique des réformes de Mikhaïl Gorbatchev.

    Le futur maître-espion est-allemand avait passé son enfance et fait ses études scolaires à Moscou. Il parlait russe sans accent. Et c'est à Moscou qu'il partit pour fuir les persécutions en Allemagne, avant de revenir de son plein gré à Berlin en 1991.

    Lorsque Vladimir Poutine a été élu à la présidence russe en 2000, beaucoup se demandaient s'il avait connu Markus Wolf à l'époque de la RDA. C'est peu probable, et pourtant...

    En 1986, le chef du KGB, Vladimir Krioutchkov, effectua un voyage éclair à Dresde où le futur président russe faisait son service. Il y rencontra le physicien Manfred von Ardenne, remarqué par les services secrets parce qu'il était un scientifique de renommée mondiale mais aussi parce qu'il connaissait de près le chef du comité du parti de Dresde, Hans Modrow.

    Comme le dira plus tard à Vrémia novostéi Günther Schabowski, ancien membre du Bureau politique du SED, les auteurs de la perestroïka soviétique ont tourné leur regard vers Hans Modrow pour succéder à Erich Honecker.

    On dit que Markus Wolf aurait assisté aux rencontres secrètes que Vladimir Krioutchkov eut sur l'Elbe, ce qu'il a cependant nié dans ses entretiens avec le correspondant de Vrémia novostéi: "C'est du galimatias que répandent des gens comme Schabowski". Markus Wolf a affirmé qu'il ne connaissait pas à cette époque-là le lieutenant-colonel Poutine mais a admis que ce dernier, étant affecté à la reconnaissance scientifique et technique, pouvait bien avoir organisé une entrevue entre le chef venu de Moscou et Manfred von Ardenne.

    L'Administration centrale de reconnaissance, une section de la Stasi, n'existe plus depuis quinze ans. Mais le travail effectué par Markus Wolf ne cesse d'appeler de nouvelles révélations. L'historien Hubertus Knabe, qui analyse l'activité de la Stasi, a fait remarquer dans un entretien avec le correspondant de VN: "Les nouveaux épisodes de l'activité des services secrets est-allemands rendus publics dernièrement sont dans leur majeure partie liés au passé. Mais il est évident que l'histoire de la Stasi est riche en événements capables de bouleverser la société dans l'avenir par de nouvelles révélations".

    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik