Ecoutez Radio Sputnik
    Société

    La Géorgie procède à une censure du web (rapport de l'OSCE)

    Société
    URL courte
    0 0 10
    MOSCOU, 30 juillet - RIA Novosti. L'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) a porté la Géorgie sur la liste des pays procédant à une censure du web, dans un nouveau rapport sur la "gouvernance" d'Internet.

    La Biélorussie, le Kazakhstan, l'Ouzbékistan et la Chine figurent également dans le rapport, qui regroupe 56 pays.

    Les restrictions de la liberté d'expression sur Internet "rappellent cruellement combien il est facile à certains régimes, démocraties et dictatures confondues, de réprimer les opinions qu'ils désapprouvent, réprouvent ou simplement qu'ils craignent", lit-on dans le document.

    "Il n'a jamais été aussi facile de s'exprimer qu'avec Internet. Mais simultanément, nous sommes témoins d'une progression de la censure en ligne", notent les auteurs de ce compte rendu.

    Commentant la situation en Géorgie, les experts de l'OSCE notent que la législation géorgienne comporte des dispositions contradictoires et mal définies susceptibles de permettre des restrictions illégitimes de la liberté d'expression sur le web.

    La loi sur l'Internet en vigueur en Géorgie a été adoptée avant la "révolution des roses" et n'a pas encore été amendée, a déclaré aux journalistes Elene Tevdoradze, présidente du comité parlementaire chargé de la protection des droits de l'homme.

    Les internautes géorgiens sont, en effet, limités dans leurs possibilités, en raison du mauvais travail des fournisseurs d'accès et de la commission nationale chargée de la gestion des télécommunications, a indiqué le ministre géorgien du Développement économique Gueorgui Arveladze.

    Lire aussi:

    Les chars américains sont toujours en Géorgie: août 2008 n'a pas servi de leçon
    «S'allier avec les USA fut la plus grande erreur de la Géorgie»
    En Chine, les rumeurs sur Internet rattrapées par la censure
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik