Ecoutez Radio Sputnik
    Société

    Le parti d'opposition Iabloko accuse la radio Echo de Moscou de manquer d'objectivité

    Société
    URL courte
    0 0 0
    MOSCOU, 30 mai - RIA Novosti. Iabloko a déposé une plainte auprès du Conseil des journalistes contre la radio Echo de Moscou, accusée de manque d'objectivité dans le traitement des informations relatives à ce parti d'opposition.

    "Dernièrement, la radio Echo de Moscou a diffusé une série de communiqués concernant le parti démocratique Iabloko qui ne correspondaient pas à la réalité", lit-on sur le site Internet du parti.

    Les informations récriminées concernaient une querelle interne à Iabloko, le leader du parti Gregori Iavlinski ayant été accusé de "tractations secrètes avec le Kremlin" par un membre de l'antenne pétersbourgeoise du parti, propos officiellement condamnés au cours d'une réunion du bureau le lendemain, qui a réitéré le soutien apporté à M. Iavlinski.

    Cependant, la station de radio, réputée pour son indépendance idéologique, s'est gardée de transmettre cette information aux auditeurs, le Conseil des journalistes de Russie devant établir si l'omission de cette information constitue de la désinformation ou non.

    Alexeï Benediktov, directeur de la radio, dont 66% des actions sont détenues par le groupe public énergétique Gazprom, a déclaré à RIA Novosti ne pas être préoccupé par cette affaire et avoir l'habitude des plaintes des partis et ministres.

    "Tout le monde veut qu'Echo Moscou prenne parti, qu'elle éclaire les faits comme les politiciens le veulent (�). Notre position est la suivante: aucune force politique ne doit enseigner le professionnalisme aux médias. Les partis et les médias ont des objectifs différents, ils n'ont pas à coïncider", a-t-il indiqué.

    Lire aussi:

    Poutine entre dans le vif sur l'attaque au couteau contre la journaliste russe
    Grigori Iavlinski
    Une journaliste russe d'Écho de Moscou poignardée à la gorge sur son lieu de travail
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik