Ecoutez Radio Sputnik
    Société

    Conflit osséto-géorgien: le scénario grandeur nature dans un jeu vidéo dès 2001

    Société
    URL courte
    Conflit osséto-géorgien (190)
    0 0 0

    Le scénario du conflit entre la Russie et la Géorgie a été conçu dès 2001 par le célèbre écrivain américain Tom Clancy.

    MOSCOU, 12 août - RIA Novosti. Le scénario du conflit entre la Russie et la Géorgie a été conçu dès 2001 par le célèbre écrivain américain Tom Clancy.

    Thomas Leo Clancy Jr, ou Tom Clancy, auteur de nombreux romans de fiction, a pris part en 2001 à la création du jeu vidéo Ghost Recon.

    Genre action, ce jeu vidéo décrit un conflit militaire entre la Russie, soutenant les "séparatistes" sud-ossètes et la Géorgie, dont les forces russes occupent le territoire au mois d'août 2008. Au dernier moment les soldats américains et otaniens viennent à la rescousse de l'Etat géorgien.

    En cas de victoire contre les soldats russes sur le territoire géorgien, un joueur (d'après le sujet, la Russie, tombée entre les mains d'ultranationalistes, essaye de réunir par la force les républiques de l'ex-Union Soviétique) peut essayer de faire irruption au Kremlin, résidence officielle du président russe à Moscou, avec l'aide d'une unité spéciale.

    Le nom du président russe ultranationaliste, d'après le scénario, est Dmitri Arbatov, les développeurs ayant nommé dès 2001 le troisième président russe.

    Mais le sujet du jeu, l'opposition banale entre la Russie et les Etats-Unis, a moins d'intérêt que la date inventée du conflit, août 2008.

    Les développeurs ont choisi spécialement l'année 2008, date du changement de pouvoir en Russie.

    Il est à noter que Tom Clancy est partisan des "faucons" de l'administration américaine. D'après Wikipedia.org, la Russie est souvent faible dans les romans de l'écrivain américain.

    Dossier:
    Conflit osséto-géorgien (190)

    Lire aussi:

    Les chars américains sont toujours en Géorgie: août 2008 n'a pas servi de leçon
    Moscou révèle les «terribles» conséquences d’une possible adhésion de la Géorgie à l’Otan
    «S'allier avec les USA fut la plus grande erreur de la Géorgie»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik