Ecoutez Radio Sputnik
    Les pilotes russes sont enlevés au Darfour

    Les pilotes russes sont enlevés au Darfour

    Société
    URL courte
    0 01

    L'enlèvement des pilotes russes au Soudan signifie que le pouvoir central n'est pas très puissant dans ce pays, a annoncé dans son interview à notre chaîne de radio le représentant spéciale du président russe sur les problèmes du Soudan, le représentant du comité international du Conseil de Fédération Mikhaïl Marguelov.

    La veille dans la ville de Nyala, au sud de la province rebelle du Darfour, un petit groupe armé a enlevé trois pilotes russes. Ils ont travaillé pour une compagnie aérienne privée soudanaise qui s'occupe de l'acheminement des frets humanitaires et du transport des passagers au bord des avions et des hélicoptères russes dans certains pays de l'Afrique et du Proche-Orient. La police locale a bloqué la ville et elle cherche les kidnappeurs. Il s'agit du deuxième enlèvement des Russes au Soudan depuis deux mois, le représentant spéciale du président Mikhaïl Marguelov a souligné :

    J'espère que l'enlèvement des citoyens de Russie au Soudan ne se transformera pas en une fâcheuse tendance. Pour le moment on ne sait pas qui a kidnappé nos compatriotes : s'il s'agit d'une groupement politique où bien des bandits banaux. Pourtant, il y a une question plus désagréable : si le gouvernement de Khartoum peut assurer la sécurité sur le territoire du Darfour et s'il peut garantir son rôle en tant qu'une partie responsable du règlement au Darfour.

    Il est à noter que les enlèvements des étrangers au Soudent sont devenus très fréquents, surtout dans la province de Darfour, où règnent le désordre et l'anarchie. Un conflit armé y se déroule depuis 2003. Les groupements qui veulent le renversement du régime du président Omar el-Béchir s'opposent à l'armée  du gouvernement du Soudan.

    Aujourd'hui il y a beaucoup d'étrangers qui travaillent au Darfour surtout dans le cadre de la mission de l'ONU et des gouvernements des organisations humanitaires internationales. Selon les informations non officielles, en cas d'un enlèvement le gouvernement soudanais paye habituellement la rançon exigée. L'argent reçu pousse les bandits à organiser de nouvelles attaques. Les bandits ne sont pas intéressés à  causer des dommages aux victimes, ils ne veulent que de l'argent.  Il est difficile de lutter contre les bandits dans la région ruinée. Pour le moment, le représentant spéciale du président de Russie sur les problèmes du Soudan Mikhaïl Marguelov est en contact avec des autorités soudanaises, l'ONU et le consulat russe à Khartoum.

    Lire aussi:

    Une travailleuse humanitaire suisse a été enlevée au Soudan
    Washington veut partager le Soudan en cinq parties, selon Khartoum
    Soudan: l'état d'urgence instauré dans deux États non touchés par les conflits
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik