Ecoutez Radio Sputnik
    Pour ne pas oublier

    Pour ne pas oublier

    Photo: RIA Novosti
    Société
    URL courte
    0 10

    A la veille de la Journée de commémoration des victimes des répressions politiques qui a lieu en Russie et dans les anciennes républiques soviétiques le 30 octobre, Moscou accueille une action intitulée « Le Retour des Noms ». Elle est organisée par l’association internationale « Mémorial » dont l’objectif est de commémorer tous ceux qui ont souffert des répressions dans les années de la terreur stalinienne.

    On peut longuement parler de l’époque de la « Grande Terreur ». Dans les années 30 du siècle dernier les répressions politiques en Union soviétique sont devenues massives. Du Commissariat du peuple aux Affaires intérieures situé place Loubyanka, cette place tristement célèbre, les soviétiques partaient par dizaines de milliers pour des camps au Nord ou à la fusillade. 30 mille personnes ont été ainsi fusillées à Moscou en 1937-1938.

    Voilà déjà vingt ans que l’action « Le Retour des Noms » se déroule tous les ans place Loubyanka la veille de la Journée de commémoration des victimes des répressions politiques. Ses participants se réunissent près du monument dédié à tous les victimes du système stalinien. C’est un énorme granit amené à Moscou des îles Solovetski où se trouvait l’un des camps de travail à conditions les plus dures. Les noms et les prénoms des fusillés sont lus à haute voix. Chaque nom est suivi de l’âge de la victime, sa profession et la date de sa mort. Il s’agit d’appeler à la conscience nationale, de rappeler les erreurs qui ont été commises par nos pères et grands-pères, dit le célèbre défenseur des droits de l’homme Sergueï Kovalev, ancien prisonnier politique de l’époque soviétique, prix Andreï Sakharov et président de l’association « Mémorial » :

    « En fait, Staline sélectionnait le peuple soviétique. Il façonnait le peuple dont il avait besoin en faisant recours à la peur, et on peut le voir dans les journaux de l’époque. Cette sélection a été clairement commandée, et ce sont les camps, les écoles, le komsomol qui étaient les terrains de sélection ».

    Selon le défenseur russe, il est très important que les gens connaissent la vérité sur leur passé car celui-ci détermine leur présent et leur avenir. Outre l’action « Le Retour des Noms », l’association « Mémorial » organise également plusieurs visites des lieux liés à l’histoire des répressions politiques dont le monastère féminin Ivanoskiy transformé après la révolution 1917 en camp de concentration, et la fameuse Maison du quai où dans les années 30 résidaient les membres du gouvernement soviétique, les éminents bolcheviks, écrivains et journalistes. Beaucoup d’habitants de cette Maison ont fait l’objet de répressions avec toutes leurs familles.   

    Lire aussi:

    Est-ce que le bien du peuple peut justifier des répressions politiques? Poutine explique
    Porochenko fuit le peuple ukrainien scandant «Honte!» et «Démission!» (vidéo)
    Répression de l’émeute palestinienne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik