Ecoutez Radio Sputnik
    L’aéronautique russe : en route vers les étoiles

    L’aéronautique russe : en route vers les étoiles

    Société
    URL courte
    0 7 0 0

    La NASA ne construira pas de nouveau vaisseau pour des vols habités avant 2016. C’est ce que dit le rapport préparé par l’agence spatiale nationale à l’attention du Congrès des Etats-Unis.

    La NASA ne construira pas de nouveau vaisseau pour des vols habités avant 2016. C’est ce que dit le rapport préparé par l’agence spatiale nationale à l’attention du Congrès des Etats-Unis. Cela signifie que les « Soyouz » russes devront assurer le transport des astronautes et des matériels vers l’ISS. 

    Infographie:  La Station Spatiale Internationale (ISS).

    Quant à la NASA, elle explique ce retard par un financement insuffisant. Les experts américains indépendants sont pourtant d’un autre avis. Ils affirment que de toute façon, le nouveau vaisseau ne sera pas construit avant 2018 voire 2020. Entre-temps l’ère des « navettes spatiales » touchera à sa fin. « Discovery » devra être mise en orbite le 24 février prochain, le 19 avril ce sera le tour d’« Endeavour ». Ces navettes seront les dernières sous réserve du vol éventuel d’«Atlantis ». Le problème n’est pas seulement d’ordre financier car il n’est pas à exclure que soit utilisé le réservoir à combustible d’«Atlantis » pour mettre « Discovery » en orbite. Rappelons que les fissures du réservoir de « Discovery » sont déjà devenues une fable de quartier d’où l’idée d’utiliser le réservoir d’«Atlantis ».

    Le fait que les « Soyouz » russes deviennent les seules « transporteurs » spatiaux l’année du 50ème anniversaire du premier vol de l’homme dans l’espace revêt un caractère symbolique. Afin de garantir une meilleure flexibilité du programme des vols vers l’ISS, la Russie a pris la décision de construire cinq vaisseaux par an au lieu de quatre actuellement. La voix de la Russie s’est entretenue avec Igor Lissov, expert en aéronautique :

    « Lorsqu’en 2009 l’équipage de l’ISS a été augmenté jusqu’à 6 personnes, on n’a plus eu la possibilité d’accueillir un touriste. Pour cela, il faut avoir cinq personnes à bord et la sixième qui fait un aller-retour. « Soyouz 5 » permet de palier à ce manque et de prendre régulièrement des touristes tout en ayant un équipage permanent de 6 personnes. Si l’on dispose d’un vaisseau supplémentaire, il pourra emmener plus de personnes. Ce vaisseau pourra d’ailleurs aller n’importe où – vers la station spatiale mais aussi vers toute autre orbite avec un commandant et deux touristes à son bord ».

    On revient donc au tourisme spatial. Dès 2013 trois personnes par an pourront voyager vers l’ISS, a annoncé la compagnie « Space Adventures ». La liste des touristes n’a pas été revue même si le prix du voyage ne fera qu’augmenter. Cependant, la principale mission des « Soyouz » est de transporter des équipages vers l’ISS. La NASA et Roskosmos (Agence spatiale fédérale russe) se sont mis d’accord sur l’acquisition de 12 places dans les vaisseaux russes pour 2012-2013. L’achat de 12 places supplémentaires est attendu. Les vaisseaux russes pourront également être utilisés pour évacuer la station spatiale en cas d’urgence.

    Assurer le fonctionnement de l’ISS n’est pas le seul objectif du programme spatial russe. Alors que les Etats-Unis ont renoncé aux missions lunaires, la Russie revient à l’exploration de notre satellite par des sondes après plus de 30 ans d’interruption. Le premier lancement des sondes « Luna-Ressource » et « Luna-Globe » est prévu pour 2012-2013. L’objectif du programme est de créer une base permanente sur la Lune.

    Fin 2010, la mission russe « Phobos-Grunt » s’envolera à destination du satellite de la planète Mars. Ce programme prévoit de prendre des échantillons du sol. La sonde amènera également avec elle une capsule contenant des bactéries, des semences et des champignons. Les chercheurs pourront ainsi étudier l’influence de la radiation cosmique sur les organismes vivants et réfléchir aux moyens de protéger les équipages lors des missions interplanétaires.

    Il y a également d’autres missions russes destinées à observer le Soleil, les planètes et les autres galaxies de l’univers. Le cosmodrome « Vostochniy » sera construit à l’Extrême-Orient de la Russie alors que les touristes de l’espace disposeront bientôt d’un hôtel en orbite.


    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik