Ecoutez Radio Sputnik
    La recherche russe est le moteur de l’idée scientifique mondiale

    La recherche russe est le moteur de l’idée scientifique mondiale

    Photo: RIA Novosti
    Société
    URL courte
    0 0 0

    Le président de la Fondation « Skolkovo » Viktor Vekselberg vient de signer un accord de coopération avec plusieurs instituts de l’Académie des sciences de Russie.

    Le président de la Fondation « Skolkovo » Viktor Vekselberg vient de signer un accord de coopération avec plusieurs instituts de l’Académie des sciences de Russie. Parmi les objectifs à atteindre M. Vekselberg a notamment parlé de « la nécessité de réduire au maximum la période de temps entre l’apparition d’une idée scientifique et la commercialisation de celle-ci ». Un autre problème important est la création d’emploi pour les chercheurs russes en Russie. « Il y a bien la possibilité d’arrêter le départ de nos chercheurs à l’étranger et la possibilité de faire revenir ceux qui sont déjà partis », estime le président de la Fondation « Skolkovo ».

    En parlant de l’accord signé, M. Vekselberg a déclaré : « Nous n’imaginons pas le projet Skolkovo sans l’Académie des sciences de Russie ». Jores Alferov, prix Nobel de physique, explique l'importance de cet accord :

    « C’est déjà le deuxième, non le troisième accord signé. Le premier fut signé avec les meilleures universités du pays. Ensuite les instituts de l’Académie des sciences de Russie ont souhaité y participer. On les a séparés en deux groupes dont le premier a signé un accord il y a un mois, le 22 février, et le deuxième qui comprend 27 instituts, aujourd’hui ».

    Le succès de Skolkovo devra se baser sur des technologies avancées créées par les instituts de l’Académie des sciences de Russie, estime Jores Alferov qui est également co-président du Conseil scientifique de Skolkovo :

    « Les membres étrangers de notre Conseil soulignent toujours que la recherche russe était et reste le moteur de l’idée scientifique mondiale et qu’il est extrêmement important de la soutenir ».

    Pour Jores Alferov, le plan du technopôle proposé par les architectes est en adéquation avec l’idée de Skolkovo :

    « Skolkovo a pour base une université technologique ouverte avec son école doctorale. Il y aura cinq facultés. Je suis pour une grande autonomie tout en conservant le caractère centralisé du système. Le plan français offre la possibilité de le faire du point de vue architectural ».

    « Skolkovo dispose d'une surface relativement petite, explique le prix Nobel, mais je pars du principe que Skolkovo n’est pas un lieu géographique mais une idée. La Russie a assez d’espace pour réaliser celle-ci ».

    Lire aussi:

    Une idylle entre les technologies informatiques russes et les grandes enseignes françaises
    Skolkovo, l’innovation qui venait du froid… débarque à Paris
    Le «bitcoin russe», c’est pour bientôt?
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik