Ecoutez Radio Sputnik
    La Russie, chef d'orchestre de la lutte antidrogue

    La Russie, chef d'orchestre de la lutte antidrogue

    Photo: RIA Novosti
    Société
    URL courte
    0 01

    Le chef du Comité antinarcotique russe Victor Ivanov a exhorté lors de la dernière session de la Commission de l’ONU pour les substances narcotiques à Vienne à former une vaste coalition internationale.

    Le chef du Comité antinarcotique russe Victor Ivanov a exhorté lors de la dernière session de la Commission de l’ONU pour les substances narcotiques à Vienne à former une vaste coalition internationale. Ivanov, ayant expliqué que les récents programmes internationaux n’étaient pas efficaces, a proposé d’élaborer une nouvelle stratégie.   

    La communauté mondiale a déployé des efforts substantiels dans la diplomatie antinarcotique. Or, il est temps d’engager la réalisation d’un plan quinquennal  de lutte contre la fabrication de stupéfiants en Afghanistan sous l’égide de l’ONU. La Russie et l’UE pourraient être les leaders de cette coalition.

    La structure proposée par la Russie coordonnera les efforts de divers pays dans la lutte contre le narcotrafic. Plusieurs Etats ont leurs plans de prévention contre la dissémination des substances psychotropes. Or, pour mettre entièrement à profit les ressources de la communauté mondiale, il faut assurer une « symphonie d’efforts ». La Russie est prête à en être le « chef d’orchestre ».

    Selon la Russie, le Conseil de sécurité devrait qualifier le narcotrafic afghan de « menace pour la paix et la sécurité internationale ». Il faut porter sur la liste des sanctions de l’ONU les noms de ceux qui réservent leurs terres aux plantations de pavot à opium et « geler » les comptes des trafiquants de stupéfiants dans le monde entier.

    L’Afghanistan détient aujourd’hui le leadership mondial dans la production d’opiats. Les paysans préfèrent cultiver le pavot à opium plutôt que les plantes agricoles. Divers pays, notamment la Russie livre farine et céréales à l’Afghanistan pour prévenir toute famine. Il faut infléchir sur la situation qui s’est créée.

    La baisse de la demande de stupéfiants y contribuera pour une large part, estime le président du Fonds philanthropique « Non à l’alcoolisme et à la toxicomanie » Oleg Zykov, membre de la Chambre publique a déclaré :

    « Le marché des stupéfiants évolue suivant les lois du marché. La demande excède l’offre. Si les substances psychotropes sont moins demandées, l’offre est finalement en baisse. Que faut-il faire ? Il faut engager la prophylaxie des populations, imposer un mode de vie sain. La prophylaxie secondaire est destinée aux groupes à risque, notamment aux enfants. La prophylaxie tertiaire concerne ceux qui sont déjà toxicomanes ».

    Seules les mesures intégrées de lutte contre la menace de stupéfiants s’avèrent payantes, affirment les experts.

    Lire aussi:

    Président kirghiz: l’opération US en Afghanistan encourage le trafic de drogue
    Les USA prêts à aider le Mexique à détruire les plantations de pavot
    Moscou: la campagne anti-drogue US en Afghanistan a échoué
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik