Ecoutez Radio Sputnik
    Société

    Perpétuité pour les assassins d'une famille franco-russe à Moscou

    Société
    URL courte
    0 0 0

    Deux ressortissants ouzbeks reconnus coupables d'avoir tué le Français Thierry Spinelli, sa femme russe et leur fillette le 20 avril 2009 à Moscou, ont été condamnés lundi à la perpétuité par le Tribunal municipal de Moscou, rapporte l'Agence russe d'information juridico-légale (RAPSI).

    Deux ressortissants ouzbeks reconnus coupables d'avoir tué le Français Thierry Spinelli, sa femme russe et leur fillette le 20 avril 2009 à Moscou, ont été condamnés lundi à la perpétuité par le Tribunal municipal de Moscou, rapporte l'Agence russe d'information juridico-légale (RAPSI).

    Les deux hommes - Khorchid Normouradov et Roustam Kharissov - ont reconnu le cambriolage de l'appartement de M.Spinelli et le viol de sa femme, mais ont rejeté l'accusation de meurtre.

    Deux autres coaccusés - Djourobaï Achirov et Vakhob Touraïev - ont été condamnés à 12 et à 10 ans de prison respectivement pour complicité.

    Thierry Spinelli, sa femme Olga et leur fillette Liza, âgée de trois ans, ont été retrouvés morts le 20 avril 2009 après l'incendie de leur appartement moscovite. Ils avaient été étranglés. Selon le Parquet général de Russie, les auteurs du meurtre ont volé au moins 20.000 euros et d'autres objets de valeur avant de mettre à feu l'appartement.

    Thierry Spinelli était le représentant en Russie de la société France Direct Vignobles qui commercialisait des vins de Bordeaux sur le marché russe. Il avait également été directeur commercial des Grands Vignobles de Vostock, société produisant du vin selon les technologies françaises dans la région de Krasnodar. Sa femme Olga dirigeait le club d'œnologie "Le Simple".

    Lire aussi:

    Le guide de Sputnik des meilleurs vignobles de Russie
    Entré par effraction: aux USA un inconnu pénètre dans un appartement pour… le ranger
    Un chirurgien libanais lance sa production de vin bleu et veut l’exporter (photos, vidéo)
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik