Ecoutez Radio Sputnik
    Violences à Londres: une émeute de déshérités ou des actes criminels?

    Violences à Londres: une émeute de déshérités ou des actes criminels?

    Photo: EPA
    Société
    URL courte
    0 0 0

    Une vague de violences et de pillages a déferlé à Londres le week-end dernier. Les autorités prennent des mesures urgentes pour éviter de nouveaux désordres. La presse et les blogueurs en analysent les causes et font leurs pronostics.

    Une vague de violences et de pillages a déferlé à Londres le week-end dernier. Les autorités prennent des mesures urgentes pour éviter de nouveaux désordres. La presse et les blogueurs en analysent les causes et font leurs pronostics.

    La crise dans les rues de Londres a obligé la ministre de l’Intérieur Theresa May  à écourter ses vacances. Lundi elle rencontrait le commissaire de police  par intérim de la capitale britannique Team Godwin. Et le vice-Premier ministre Nick Clegg a déjà tenu une réunion avec les officiers supérieurs de la police et les ministres. Le chef du gouvernement David Cameron est pour le moment en congé en Italie. Il a déclaré que les responsables répondraient de leurs actes de violence. Le maire de Londres Boris Johnson a décidé de ne pas interrompre ses vacances.

    Les forces de l’ordre ont procédé à plus de cent interpellations lors des pillages dans les quartiers londoniens Tottenham, Enfield, Brixton, Islington. Ce sont des adolescents, souvent presque des enfants. 35 policiers ont été blessés au cours des affrontements. Le journaliste de la BBC Léonide Lounéev croit qu’il s’agit plus de causes sociales et criminelles que de la politique et de l’extrémisme.

    Le journaliste dit que de tels événements sont rares à Londres. Les événements en cours plongent leurs racines dans l’histoire, lui objecte Boris Kagarlitski, directeur de l’Institut russe de la globalisation et des mouvements sociaux.

    C’est une vieille tradition britannique. Récemment les étudiants ont agi de façon assez dure et agressive, même s’il était question d’un milieu social différent. Ce n’était pas des enfants d’immigrés, mal instruits et déshérités, mais des jeunes issus de familles aisées. Cela ne les a pas empêché d’agir tout aussi durement. C’est autre chose que de telles émeutes reflètent un mécontentement populaire, des problèmes sociaux en souffrance, l’incapacité du système d’assurer des emplois à des générations entières de jeunes. Les jeunes indiquent ainsi la nécessité de modifier la politique économique et sociale.

    On cherche à expliquer les événements par une montée de la criminalité à caractère ethnique dans les quartiers, où la mafia de la drogue somalienne impose un tribut aux ressortissants du Sud asiatique, et où des groupes criminels turcs livrent la guerre au gang issu des îles Caraïbes. Dans les quartiers multiethniques le mécontentement grandit contre la réaction dure de la police. Les agents de l’ordre invoquent à leur tour une réduction du financement et la baisse du moral après les limogeages de hauts gradés de Scotland Yard à la suite du scandale de l’édition News Of the World. M. Lounéev attire l’attention sur une autre circonstance, dont les hommes politiques et la police britanniques doivent tenir compte:

    «  Vu que les JO à Londres approchent, la police pensera à préserver l’image de la ville. Elle cherchera à éviter une répétition des désordres à la veille de l’Olympiade ».

    La mort de Mark Duggan de Tottenham, membre présumé d’une bande, liée à la criminalité jamaïquaine, a déclenché l’explosion de violences en cours.  La famille du tué par la police demande de ne pas utiliser sa mort comme prétexte à de nouvelles violences.

    Lire aussi:

    L’explosion du métro de Londres aurait pu être bien plus puissante, selon la police
    Attentat de Londres: un sixième suspect interpellé par la police
    Que sait-on désormais sur les attaques de Londres?
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik