Ecoutez Radio Sputnik
    Kamtchatka: les agressions d'ours bruns contre l'homme sont plus fréquentes

    Kamtchatka: les agressions d'ours bruns contre l'homme sont plus fréquentes

    Photo: RIA Novosti
    Société
    URL courte
    0 0 0

    Les autorités du Kamtchatka (Extrême-Orient russe) ont appelé la population à la prudence face à la multiplication des agressions d'ours bruns contre l'homme, informe ITAR-TASS.

    Les autorités du Kamtchatka (Extrême-Orient russe) ont appelé la population à la prudence face à la multiplication des agressions d'ours bruns contre l'homme, informe ITAR-TASS.  Les autorités ont mis en garde sur les dangers auxquels on s'explose en laissant de la nourriture ou des déchets alimentaires non loin des localités  et  des campements touristiques. La proie facile  attire les bêtes.

    Depuis le début de l'été plus de 50 rencontres  entre l'homme et l'ours ont été constatées au Kamtchatka. On a du abattre 16 ours agressifs. Le dernier incident est survenu le week- end dernier dans le district d'Elizovo. Un homme et une jeune femme y ont été  déchirés par une ourse femelle. Selon les spécialistes  locaux, elle  faisait la chasse à l'homme. Les chasseurs ont réussi à la vite découvrir et abattre. Trois oursons âgés de douze mois ont été également abattus : malgré leur jeune âge, ils affichaient un comportement agressif.

    Le Kamtchatka abrite une population d'ours bruns de 17 900 individus. Pour une taille de près de 2,5 - 3 mètres, le poids des mâles  peut attendre jusqu'à 700 kg, ce qui en fait le plus grand carnassier terrestre du Kamtchatka.  Tous les ans des agressions  d'ours bruns contre l'homme sont constatées au Kamtchatka, selon Natalia ia Ermolenko, responsable d'une agence environnementale locale. 

    Lire aussi:

    Un nouveau complexe touristique verra bientôt le jour au Kamtchatka
    Ici c’est la Russie! Promenade matinale pour un ours dans une ville du Kamchatka (Vidéo)
    Pourquoi associe-t-on la Russie aux ours?
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik