Ecoutez Radio Sputnik
    Simulation grandeur nature pour connaître les causes du crash du Yak-42

    Simulation grandeur nature pour connaître les causes du crash du Yak-42

    Photo: RIA Novosti
    Société
    URL courte
    0 01

    Les pilotes d'essai de Joukovski, dans la banlieue de Moscou, procéderont le 10 octobre à une simulation grandeur nature qui devra établir les causes et les circonstances du crash de l'avion Yak-42 près de Iaroslavl, informe ITAR-TASS.

    Les pilotes d'essai de Joukovski, dans la banlieue de Moscou, procéderont le 10 octobre à une simulation grandeur nature qui devra établir les causes et les circonstances du crash de l'avion Yak-42 près de Iaroslavl, informe ITAR-TASS.

    Le programme d'essais sur Yak-42 a été préparé sur l'ordre de du Comité interétatique d'aviation (MAK) par les spécialistes de la compagnie Yak-Service (c'est à elle qu'appartenait l'avion qui s'est écrasé ; actuellement le certificat de cette compagnie aérienne est annulé), ainsi que par la compagnie Irkout, le bureau d'études Yakovlev, l'Institut des essais en vol Gromov et l'Institut de l'Aviation civile.

    "Les simulations de vol seront menées à la base de l'Institut Gromov (à Joukovski), sur un avion qui ressemble au Yak-42 avec un équipage composé de pilotes d'essai de Gromov et de Yakovlev", annonce MAK. L'avion sera doté d'équipements supplémentaires qui enregistreront les paramètres du vol.

    "Au cours de la simulation grandeur nature, il faudra effectuer un décollage réglementaire en reproduisant les actions de l'équipage de l'avion qui s'est ecrasé, mais sans créer un effort de freinage (la présence de cet effort figurait dans le rapport préliminaire de MAK sur les circonstances de la catastrophe. - NDLR)".

    "Ensuite, on procédera à une série de décollages interrompus pour établir l'exactitude de la modélisation mathématique de l'effort de freinage supplémentaire aux différentes étapes de l'élan de l'avion pour voir quel effet cela produirait sur l'apparition du moment piqueur, qui empêche la roue avant de s'élever et l'avion, d'atteindre l'angle de décollage longitudinal, autrement dit de se mettre en position qui permet le décollage".

    Le Comité d'aviation interétatique a souligné que les tests devront commencer le 10 octobre si les conditions métérologiques le permettront. "Il faut avoir pour cela une piste sèche avec un coefficient d'adhérence 0,6 et l'absence d'un vent fort".

    Lire aussi:

    Yak-152, «pupitre volant» du XXIème siècle
    Plongée dans l'univers des pilotes russes
    L'aviation russe se dote «d'avions-transformers»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik