Ecoutez Radio Sputnik
    Le dossier de Sadovnitchi

    Le dossier de Sadovnitchi

    Société
    URL courte
    0 01

    L'affaire Sadovnitchi détériore les relations entre Moscou et Douchambe. La Russie reproche au Tadjikistan de vouloir plaire à tout pris aux Etats-Unis. Elle demande la révision du procès et le rapatriement du pilote.

    Le procès contre le pilote russe est une erreur politique de Douchanbe. Il est difficile d’expliquer les motifs des autorités tadjikes, déclarent les militants de l’opposition en commentant le verdict sévère prononcé contre Vladimir Sadovnitchi.

    Selon les experts, il fallait s’y attendre, la campagne anti-russe prend de l’ampleur ces dernières années au Tadjikistan. Selon les analystes, sans le soutien de Moscou, on ne saurait exclure un «printemps arabe» dans le pays.  

    Le procureur tadjik réfute la manipulation politique

    Douchanbe a gardé silence pendant plusieurs jours. Le procureur général tadjik, Shrhon Salimzoda, a affirmé jeudi lors d'une conférence de presse que le procès n’avait aucun rapport avec la politique.

    «Le verdict n’est pas politisé contrairement à ce que prétendent certains médias. L’incident est un crime. Quiconque a commis un crime dans n’importe quel pays doit en assumer la responsabilité conformément à la loi.»

    Le Tadjikistan essaierait de plaire aux Etats-Unis

    Le dossier des pilotes n’est pas la première attaque d’Emomali Rahmonov contre Moscou. Selon le leader du mouvement d’opposition tadjik, Dododjon Atovoulloev, le président du tadjik essaie ces dernières années de plaire à Washington. «Rahmon veut prouver qu’il ne prend pas en compte la Russie. Il est vexé qu’après l’arrestation des pilotes aucun politicien russe ne s'est adressé à Sa Majesté (comme tout le monde l’appelle) pour qu’ils soient mis en liberté».

    Or, le chef de la diplomatie russe Serguei Lavrov a téléphoné à son homologue tadjik Hamrohon Zarifi et déclaré que Moscou insistait sur la révision du dossier de Vladimir Sadovnitchi et que celui-ci devait regagner sa patrie. Douchanbe a violé ses engagements internationaux en n'informant pas immédiatement Moscou de l’arrestation d’un citoyen russe. 

    Le manque de reconnaissance du président Tadjik

    «Nous n’avons pas terminé les discussions sur la base militaire, l’ancienne division N° 201, qui a influé à l’époque sur l’issue de la guerre civile et permis au président Rahmon de se réconcilier avec ses adversaires. Or, les politiciens ne se montrent pas du tout reconnaissants. Douchanbe entreprend parfois des démarches qui sont loin d’être amicales. Le Tadjikistan se comporte comme un pays du tiers monde pendant la guerre froide. Il développe les relations avec la Russie et avec les Etats-Unis en tirant le maximum des bénéfices de part et d’autre», commente le directeur de l’Institut des pays de la CEI, Constantine Zatouline.  

    Lire aussi:

    Premiers tirs de missiles Iskander au-delà des frontières russes
    Un lance-roquettes multiple et des bombardiers stratégiques «éliminent» des terroristes
    La Défense russe publie une vidéo du tir d'un missile Iskander
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik